Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivants&Morts- Vous connaissez François Lorquin ? demande Rudi. Vous savez qui c'est ?

Murmures : bien sûr, tout le monde connaît Lorquin.

- Eh bien, dit Rudi, l'autre jour il m'a traité d'esclave et cela m'a mis très en colère. Comment pouvait-il me traiter d'esclave ? Comment pourrais-je être un esclave ? J'ai du travail ; mais c'est vrai que ce travail me permet seulement d'assurer ma survie pour que je puisse continuer à travailler; je suis propriétaire de ma maison ; mais c'est vrai que je ne le suis qu'en apparence, en réalité, c'est la banque qui l'est; je suis libre d'aller où bon me semble ; mais ça, ce n'est vrai qu'en théorie car j'ai pas un sou vaillant pour me déplacer; j'ai la liberté d'expression mais chacun sait que s'exprimer publiquement sur l'entreprise qui vous emploie c'est ouvrir soi-même la porte d'où on vous poussera dehors. Lorquin avait raison. Tout ce qu'il disait était vrai : j'étais un esclave, je suis un esclave, nous sommes des esclaves. La preuve : on peut nous vendre, nos propriétaires ont le droit de vie et de mort sur nous. 

- Je reconnais bien les conneries de Lorquin ! s'exclame Saint-Pré. Bon dieu ce n'est pas possible d'entendre de telles conneries !

 Rudi baisse les yeux un instant et les relève :

- Tant mieux si vous les reconnaissez, monsieur le maire, dit-il. J'espère que vous vous souvenez aussi de ce qui constitue le seul bien d'un esclave : choisir sa mort, la voler à son propriétaire. Eh bien puisque vous semblez tous d'accord, que la Kos doit mourir et que nous devons mourir avec elle, même esclaves, nous allons faire preuve de dignité : nous allons, tous ensemble, choisir notre mort...

 

Les Vivants et les morts de Gérard Mordillat (J'ai Lu)

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0