Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est férié, les amis! Alors les jours fériés c'est le farniente. Le pyjama et les chocolats chauds devant des films vieux comme le monde dont on connait les répliques sur le bout des doigts. On devrait remercier Jésus d'ailleurs pour tous ces jours fériés, toutes ces heures de oisiveté aux doux petits plaisirs car, j'ai la bien triste impression, qu'il ne nous a apporté que ça de bon, ce pauvre garçon.


Comme c'est férié, jour du Seigneur, j'ai décidé de faire une bonne action. Ce qui est bien rare de ma part, je l'admets. Je vais partager ma petite trouvaille de la journée. Ma douce bouffée d'oxygène. Elle se nomme Benjamin Biolay (ce n'est pas très original, je le conçois). « Padam » nouveau titre extrait de l'exaltant album La Superbe s'offre à la toile et aux chaînes de clips pour le plus grand plaisir des amoureux de la langue de Monsieur Biolay. Chanson flânant avec l'autobiographie du mauvais garçon, « Padam » retrace les « tourments et turpitudes » d'un talentueux jeune homme qui ne désirait qu'une  seule chose « que le monde entier l'acclame ».


BB

Plan fixe. Dans une salle vide, Benjamin Biolay, cheveux longs noirs et smoking noir, entonne les premières notes de « Padam » avec ses musiciens. Le tout dos à un public... absent. La salle est vide et l'homme à la nonchalance charmeuse laisse échapper un jeu de scène époustouflant. Comme si notre Benjamin était possédé par James Brown. Mais n'oubliez pas que le génie de la chanson française est un de ces grands malicieux. Ce n'est pas le corps de Benjamin, notre idéal masculin, qui se laisse aller mais bien le corps d'un autre. Un sosie élastique aux pas de danse captivants. Peu importe qui est l'homme qui joue face à nous et qui se joue de nous par la même occasion. Qui que ce soit, on l'aime profondément.





Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0