Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un tableau de Goya se volatilise lors d'une vente aux enchères à Londres. Simon, commissaire-priseur et voleur diablotin le dérobe le temps de la vente, le cache et renversé par une voiture dans le feu de l'action se réveille à l'hôpital quelques heures plus tard. Diagnostique : amnésique. Envolé le lieu où a bien pu être caché l’œuvre de Goya... Visuellement éblouissante cette séquence d'ouverture, pour le moins pressée, imbrique les détails qui seront important pour la suite du film. Le spectateur déjà sous hypnose de la caméra virtuose de Danny Boyle et de sa musique tonitruante ne sait plus où donner du regard. Dès la première seconde, Trance maîtrise les méandres de l'esprit du moindre de ses acteurs, spectateurs compris.

 

Ce bon vieux scénario à tiroirs, récemment utilisé dans le Inception de Christopher Nolan, a encore de beaux jours devant lui. Ici c'est Danny Boyle, roi de quelques bons films déglingués qui s'y colle, avec un certain chic dû à des ingrédients pour le moins explosif...

 

1 – Prenez un James McAvoy au regard indécent et sourire délicieusement espiègle.

2 – Mettez le jeune premier dans les mains du pire des méchants français dans les films américains : un Vincent Cassel toujours au top en spécialiste de la torture mentale depuis Black Swan

3 – Mettez ces deux acteurs charismatiques entre les mains d'une « hypnotiseuse » au physique avantageux : Rosario Dawson aux courbes manipulatrices

4 – Découvrez enfin que le bien et le mal ne viennent jamais de là où on l'imagine...

 

Thriller psychologique très joueur, Trance aurait pu s’intituler manipulation. Une manipulation poussée à l'extrême qui se fait demander à chacun, à chaque plan : qui manipule son monde ? Est-ce Simon (James McAvoy) voleur menteur amnésique ou son complice Franck (Vincent Cassel) qui abandonnera menaces et tortures au profit de séances d'hypnose avec une spécialiste elle aussi tout aussi suspecte ? L'hypnose conduira t-elle au Goya ?

Dans ce puzzle géant – moins casse-tête mais tout aussi stimulant qu'Inception - le temps pour les questions est restreint. Pas de répit, la course au tableau est l'unique objectif... à moins qu'une autre intrigue refasse surface sur le tard. Le talent de Boyle est là : relancer l'intrigue à chaque séquence. Prendre son pied à chaque séance sur le divan. Rejouer le match entre Simon et Franck pour les beaux yeux de l'hypnotiseuse à chaque instant. A ne jamais vouloir lui livrer les clés, quitte à traîner en longueur et en démesure, Trance excite  l'inconscient avec des agréments vieux comme le monde : la séduction et la manipulation. Toutes deux menées par un trio d'acteurs fascinants. 1H30 sous hypnose cinématographique, une thérapie pour le moins réussie vivement prescrite pour les jours légers !

Trance : thriller excitant sous hypnose

Bande-annonce : Trance de Danny Boyle

Tag(s) : #Trance, #Danny Boyle, #James McAvoy, #Vincent Cassel, #Rosario Dawson

Partager cet article

Repost 0