Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tu aurais pu faire le bon choix. Choisir l'amant transatlantique. Foutre en l'air ton féminisme et épouser l'homme de ta vie. Voguer sur la vie dans une décapotable sur les routes d'une Amérique en pleine révolution. Plutôt que de rester tranquillement assise sur les banquettes confortables du Flore aux côtés du mauvais amant. Ouais mon Castor, tu aurais pu faire preuve d'un peu de courage. Sacrifier ton binôme de tête pour vivre avec ton binôme de corps. Abandonner Saint-Germain-des-Prés, repère de planqués. Brûler tes essais illisibles qui ont traumatisé des générations entières de deuxièmes sexes. Briser ton pacte d'amour. Un pacte avec le diable, oui. Un pacte où ton Jean-Paul a réussi à t'embobiner avec ces histoires d'amours contingentes. Un bien médiocre scénario pour un existentialiste. Comment toi Simone, raisonnable dans l'âme, as-tu pu te perdre dans cette supercherie ? Celle de Nelson était bien plus séduisante. Elle promettait une vie d'aventures et de débauches dans les bas-fonds d'une Amérique beatnik. Tout un programme d'une vie améliorée où il n'aurait pas été question de tergiverser sur ses amours contingents mais de vivre l'amour nécessaire. Tu aurais pu laisser la force des choses l'emporter. Vivre l'Amérique au jour le jour. Ne pas être une femme rompue. Ouais mon Castor, tu aurais pu prendre la fuite. Tu aurais dû. Te pointer à Roissy un beau matin à l'aube des fifties. Les cheveux détachés et le turban laissé au placard. Un billet sans retour. Bye bye Paris. Hello Chicago. Ok tu serais rentrée dans le rang du carcan. Du mariage. De la guimauve écoeurante. Du compromis. De tout ce qui t'horripilait au plus haut point. Mais ce geste aurait suffit à sauver trois vies, c'est déjà pas mal. Je n'en t'aurais pas moins aimé. Si tu avais pris cet avion, tu n'aurais pas fini dans le mauvais caveau aux côtés du mauvais amant avec la bonne bague au doigt. La bague qu'il t'avait offerte, il y a une éternité, pour te demander en mariage. Toi qui chérissais tant la vérité, laisse moi te dire que ce n'est pas très chic, pas très loyal de se faire enterrer aux côtés de Sartre avec la bague d'Algreen. Tu aurais pu m'éviter cette déception, Simone.

Simone de Beauvoir & Nelson Algreen

Simone de Beauvoir & Nelson Algreen

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :