Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Vous aimez les vieux Mademoiselle ? Vous savez que ces deux-là ont plus d'un siècle à eux d'eux ». Et comment que je le sais, avais-je envie de rétorquer au monsieur du kiosque qui avait eu la chance lui, vu son âge avancé, de grandir en même temps que les deux vieux en question. Ils ont plus d'un siècle à eux d'eux et réussissent encore à faire la couverture d'un magazine pour trentenaires qui adorent autant mater dans le rétro que lorgner sur l'avenir. Mais attention sur la couv en question, les frères jumeaux ennemis, aujourd'hui réconciliés, affichaient l'insolence de leur gueule période fin des seventies. Pas leurs tronches actuelles et cabossées, miraculées des excès et des frasques. Je me suis demandée si ça aurait fait moins vendre s'ils avaient étalées leurs rides en une. Quelques heures plus tôt, je m'étais demandée si le clip de « Ride ' Em On Down » (nouveau titre du nouvel album du jadis meilleur groupe de rock du monde) aurait été moins SEXY, moins TONITRUANT, donc moins LIBERATEUR s'ils avaient été les acteurs de leur propre clip. Ici en l’occurrence, ils ont choisi une actrice qui a le chic d'être à contre-courant des mœurs actuelles au cinéma : Kristen Stewart. Certes la demoiselle est partout, égérie Dior, ex compagne de machin, actrice de film pour teenagers pré pubères, mais avant tout elle incarne la nana de Into The Wild, les Runaways et LA fille qui fait la gueule avec brio et s'en tamponne royalement de ce qu'on pense d'elle. Un bon personnage pour un clip sensé illustrer une œuvre des vieux de la veille. Bien que Mick Jagger se dandine toujours exquisement, c'est Kristen qui se colle à la mission de la dandinerie. Dans ce clip, elle fait ce que n'importe quelle fille normalement conçue écoutant un morceau originel des Stones (l'origine n'étant pas le rock mais le blues et par dessus tout – pour moi - le blues d'un album qui s'exile du rock : Exil On Main St), elle se laisse posséder par la musique qui filtre de l'auto-radio de sa – forcément – Ford Mustang vrombrissante. Dans ce clip, le déhanché est sulfureux comme il faut et la langue bleue comme elle se doit (la nouvelle couleur du logo star de nos vieux préférés).

Vieux et vieux monde

Avec Kristen et les Stones dans l'autoradio, on s'fait des langues et des tangs en ford mustang. Et on repense à une époque évanouie que certains veulent rayer de l'Histoire. Ou profiter de l'occas pour prendre sa revanche sur elle. Celle qui a vu naître ces jeunes garçons aujourd'hui septuagénaires. Celle où ces garçons s'échangeaient des disques de « nègres » avant de faire de la musique de « nègre » pour trouver une satisfaction dans une société trop policée à leur goût. Car s'il y a bien quelque chose que raconte la musique des Stones c'est cette histoire-là. L'histoire d'un tournant dans un siècle où tout fut possible, le pire comme le meilleur. L'histoire qui veut en finir avec le vieux monde étriqué de papa et maman. A l'aube d'une nouvelle année, je peux te dire que ce demi-siècle est bel et bien crevé, ne me demande pas qui est le coupable de ce plus grand crime commis contre l'humanité. Mais les Stones eux heureusement sont bien vivants, même s'ils ont laissé une jeune fille prendre leur place dans leur clip ou ne font plus que des unes avec leurs belles gueules démoniaques d'antant. Leur âge - qui se compte en plus d'un siècle et demi - est un rappel permanent de l'échec du monde, mais pas le leur. Leur nouvel album n'est pas un nouveau banquet de majestés sataniques, ils n'ont plus envie de faire couler du sang ou de prendre l'exil, juste de raconter ce qu'ils ont toujours raconter. Une sensation d'insatisfaction hédoniste aussi vrombrissante qu'une ford mustang que l'article des Inrocks raconte mieux que moi.

Vieux et vieux monde
Tag(s) : #Musique, #Rolling Stones, #Kristen Stewart, #Clip, #Rock, #Blues

Partager cet article

Repost 0