Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Septembre a à peine débuté que déjà l'exaspération se fait ressentir, ramenant avec elle ta confortable crise existentielle et ta stupide et éphémère envie de faire carrière dans l'élevage de chèvres dans le Larzac – envie qui demain sera sans doute passée heureusement. Certains soirs plus que d'autres l'urgence vitale consiste à s'arracher de la réalité, s'autoriser une soirée sabbatique. Un congé nocturne sur une bande-son de qualité. Ce soir, sous la chaleur du pavé, elle nous est tombée du ciel sous un patronyme rassurant : Maison Brume. Basé de l'autre côté de l(Atlantique, non pas du côté des States mais légèrement plus haut du côté du Québec, cette maison est celle d'un ailleurs. Celle façonnée de toutes pièces par un imaginaire brumeux. Un refuge consolateur, petit ou grand, citadin ou en pleine cambrousse où la dérive des sentiments est heureuse. Montée de toute pièce par Florian Seraul, cette maison accueille sous son toit, une ribambelle de musiciens cultivant avec grâce les airs folks et une poésie arrachée in extremis au quotidien. Car dans celui-ci quoi que la vie foire, il y a de très jolies choses à conserver. Poussières, pièces inondées de soleil, ruines des sentiments, frôlements inoubliables, bouts de voix venues d'on ne sait où, Maison Brume aligne les images et les sensations en cinq titres d'une beauté désarmante brassant avec douceur les choses de la vie. Dans ces choses, la mélancolie de jadis n'est jamais larmoyante. Simplement heureusement. Voix tout en discrétion, arrangements tout en finesse, dans cette Maison Brume flâne l'extrême beauté des choses anodines du quotidien. Les parisiens se sentiront chez eux dans « Paris sous la pluie », les nostalgiques seront comblés par « Nature Morte » et puis les insatisfaits chroniques se satisferont des belles « Impressions d'Automne ». Disque de douceur dans un monde de brutes, disque d'automne pour un été prolongé, le premier EP du très prometteur Maison Brume entre parfaitement en phase avec ce besoin primitif de nuit sabbatique. A défaut d'avoir toute la vie sabbatique.

 

  

A défaut d'avoir toute la vie sabbatique, j'écoute Maison Brume
Tag(s) : #Musique, #Maison Brume, #La Vie Sabbatique, #ep

Partager cet article

Repost 0