Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre petites lettres soudées ensemble, suffisamment françaises pour faire diablement chic. Quatre petites lettres les unes contre les autres pour formuler une identité douce en apparence. Parce qu'en apparence, elles semblent sages comme des images les filles de Beau. D'ailleurs elles semblent des images de l'époque, des clichés de new-yorkaises en goguette lâchées dans une forêt pour un premier clip. Crinières longues et en vrac, ces filles ont quelques choses des girls de Woodstock ou de celles d'un Sofia Coppola où l'on s’ennuie sévère. Mais évitons de s'arrêter à l'image, grande prêtresse. Le destin est content de pouvoir raconter que si elles ne s'ennuyaient pas autant que les nymphettes de Virgin Suicides, aux prémisses de l'adolescence, Heather Golden et Emma Rose, étaient bien gagnées par ce sentiment si féroce de faire quelque chose de leur peau, de poser des mots sur le mal qui les rongeait et toutes ces petites histoires nées sur les bancs du collège. Elles ont 13 ans alors, des mères super copines et vivent à à Greenwich Village, ceci explique certainement cela. Si certaines de leurs camarades entretiennent méticuleusement leur journal intime, elles ce sont leurs poèmes qui héritent de toute leur attention. Elles grattent du papier et de la guitare, instrument qu'Emma apprend sur YouTube grâce à des tutoriels – merci le Net. Heather s'occupe du chant, avec une voix traînante, traînassant aussi bien avec le suave que le blues.

C'est Beau

Aujourd'hui, la vingtaine à peine passée, elles s'apprêtent à sortir un premier album le 11 mars sur le label Kitsuné, suite à un premier EP lancé au printemps dernier. Une saison qui leur sied particulièrement bien. Moins mélancoliques qu'une Alena Diane, moins drama queen que cette chère Lana Del Rey, nos candides naviguent d'une réalité à une autre, d'une love song (« Lost Soul ») à une ode à l'amitié (« One Wing ») avec une facilité presque déconcertante – même pour revisiter un tube des Ronettes le duo assure (« Be My Baby »). Dans le chant de Heather, on réussirait presque à retrouver le beau grain de voix de girls rock des ninetees.  Car si l'image bohème lookée, taillée, presque policée de nos demoiselles les rangerait d'emblée dans le camp des Joni Mitchell, derrière leurs song folk, elles semblent cultiver un goût prononcé pour cette décennie passées dans des chambres tapissées de posters à écouter The Cardigans ou No Doubt. Et grâce à elles, ce goût nous regagne subitement alors qu'on le pensait enfouit à tout jamais dans les souvenirs de cette adolescence casque de walkman vissé sur la tête. Elles redonnent envie de divaguer en solitaire ou entre filles sans pavaner, juste se laisser aller ensemble pour le plaisir d'être en gang. Belle sensation.

Beau sur Soundcloud >> https://soundcloud.com/beaubandnyc

Tag(s) : #Musique, #Folk, #New York, #Kitsuné, #Heather Golden, #Emma Rose, #That thing reality

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :