Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est sous le soleil de Monaco qu'Anne Fontaine (Nettoyage à sec) a exposé sa nouvelle intrigue: La Fille de Monaco. Cette fille là (Louise Bourgoin) s'amuse allégrement à étourdir la tête d'un brillant avocat parisien (Fabrice Luchini) et par la même occasion son garde du corps (Roschdy Zem) aux allures impassibles, tout se jouant dans le cadre sublime de la Riviera monégasque. Un environnement sublimé dans les récentes comédies françaises très glamour comme Hors de Prix ou Quatre Etoiles. Mais méfiez vous cette Fille de Monaco n'a strictement rien à voir avec les divertissements que l'on nous a déjà servis. Audrey est une miss météo fraîche, pétillante, légèrement vêtue, peu cultivée mais très maligne. Chacune de ses apparitions crève l'écran et nous propulse 50 ans en arrière quand Brigitte Bardot déchainait les foules: Audrey fredonne La Madrague et ondule sur un rythme endiablé comme BB dans Et dieu créa la femme. Louise Bourgouin interprète cette bimbo ambitieuse avec tout le décalage qu'on lui connaît. Face à elle, le duo Luchini-Roschdy Zem est profondément troublé ce qui déclenche une hilarité inévitable. Résultat: entre comédie et tragédie, on aime entendre cette cagole débordée d'affection pour un Lucchini génialissime, qu'elle qualifie de « trop choubidou »!

Hélas, la tragédie n'est pas moins pénible au soleil et elle n'épargne personne. C'est ainsi qu'Anne Fontaine signe un long métrage où règne une atmosphère presque chabrolienne: le doute, les scrupules, les nons dits sont omniprésents. La Fille de Monaco étourdie acteurs et spectateurs tout comme Adjani faisait tourner la tête d'Alain Souchon dans L'Eté meurtrier...



Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :