Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Votre meilleure amie sort avec un égoïste? Votre sœur s'enlise avec un imbécile? Pire, votre fille est sur le point d'épouser un macho? Pas de panique : Alex Lippi et sa petite entreprise sont là, prêts à vous rendre service contre une modique somme. Leur technique est infaillible : une belle gueule pour jouer le briseur de couple professionnel incarnée par Alex et une équipe de choc Mélanie, sa sœur, aux multiples talents et Marc, le mari de cette dernière, à la beauf attitude attachante. Bref, avec de grands moyens, l'équipe infernale n'a qu'un seul but : ouvrir les yeux (et non pas les jambes comme le fait, subtilement, remarquer Marc) à toutes ces femmes malheureuses en couple... Vous désirez leurs coordonnées? Hélas, mesdames et messieurs, je suis sincèrement désolée de vous annoncer que ceci n'est que cinéma! Cet arnaqueur du sentiment, ou plus exactement « arnacoeur », n'existe pas dans notre triste réalité. Il existe seulement le temps éphémère d'un formidable long-métrage de Pascal Chaumeil où L'Arnacoeur prend les traits du très séduisant Romain Duris.


Arnacoeur

L'Arnacoeur est basé sur les règles très simples d'une comédie à l'ancienne : prendre un décor qui fait rêver les midinettes (ici, Monaco), y mettre deux belles gueules du cinéma français (ici, Vanessa Paradis et Romain Duris), faire naître, de ces deux deux personnages attachants, une rencontre improbable (elle, petite fille riche et lui, beau type, pauvre et sans attaches), penser à de bons obstacles pour entraver leur amour et le tour est joué (et rassurez-vous, bien évidemment l'amour y est sauvé!). Cette énième comédie, malgré les bases respectées, aurait très bien pu se casser la figure, comme la majorité des comédies romantiques à la française, mais c'était sans compter sur son casting de choc et son humour à l'eau de rose. Dès la première scène, où le spectateur assiste, avec stupeur, à l'une des premières arnaques d'Alex dans un désert romantique et humaniste, on se retrouve coincé, séduit pour toujours par la machine théâtrale montée de toute pièce par le trio infernal Alex/Mélanie/Marc (Romain Duris/ Julie Ferrier/ François Damiens). Paysage magnifique (le désert), quelques colombes (pour donner dans le pathos), une déclaration d'amour (made in Durisland), quelques larmes d'Alex et le tour en joué : une jeune femme retrouve la flamme qui était en elle avant que son mari l'éteigne! Car ne vous méprenez pas! Cet arnacoeur n'est pas le sale type que l'on imagine. Ce bellâtre, manipulateur au charme fou, est un briseur de couple dont la cause est noble puisqu'il n'accepte de briser que les ménages où les femmes sont malheureuses! Mais, le bienfaiteur de la gente féminine, doit faire face cette fois-ci à une mission qui lui pose problème : sa nouvelle cible, Juliette (Vanessa Paradis) semble très amoureuse d'un garçon parfait, type gendre idéal. Vous imaginez le genre?

 

Arnacoeur1

Mission impossible? Aucune mission n'est impossible pour Romain Duris, qui vient confirmer, ici, son talent incroyable de séducteur. Accompagné de son équipe de choc, les irrésistibles (de conneries) François Damien et Julie Ferrier, il illumine cette comédie pétillante dont la magie réside dans ce simple fait d'inscrire des scènes (sur)jouées au sein de la comédie même. Astucieux moyen donc l'idée de cette petite entreprise qui crée ses propres situations et invente des vrais scènes de cinéma. Avec cet Arnacoeur, le public se surprend soudainement à penser que la comédie française n'a rien a envier aux comédies romantiques des américains. Georges Clooney n'a qu'à bien se tenir : Romain Duris est fin prêt à lui faire de l'ombre! Dans un cadre idyllique (Monaco et son compte en banque bien fournit), le gentleman-séducteur-arnacoeur flirte au côté de la, toujours aussi douce et enivrante, Vanessa Paradis. Il ère alors un air électrique et charmant qui n'est pas sans rappeler le très rythmé Ocean's Twelve. Ainsi, le couple improbable livre des scènes faussement à l'opposé du romantisme : Alex mange du roquefort au petit déjeuner et va même jusqu'à chanter du George Michael dans l'unique but de séduire la belle, dont il connait les goûts par cœur. Séducteur magnifique tel est son métier, hélas bien souvent le joueur se fait prendre au piège de son propre jeu. Ces deux-là se cherchent, se flaire subtilement, rêve de s'enlacer mais se disputent sans arrêt. Puis une nuit, la vielle du jour fatidique (et quelques minutes avant la fin du film), ils se livrent une nuit de plaisirs rocambolesques, une nuit grand n'importe quoi où la vie est soudainement belle et facile, où le seul rapport physique restera un grand et beau moment de cinéma, par sa force romantique gentiment à l'eau de rose. Alex deviendra alors le beau Johnny de Dirty Dancing et Juliette, sa Baby, le simple temps d'une danse électrique sur le mythique Time of my life. Il était temps d'éveiller le volcan qui sommeillait en chacun de ces petits êtres en perpétuel contrôle.

 

 

 

Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0