Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo-Eloïse-TrouvatC'est la même chanson. Qui dit élections, dit autre chose que piège à cons. Dit plutôt clips de campagne à la con. On y croit ou pas. Peu importe. On se les farcit après le 20 heures. On est en 2012 et la rengaine est toujours la même. Les refrains, eux, ne connaissent pas la crise. Travailleurs, travailleuses pour les uns. Travaillez plus pour gagner plus que le faignant qui ne travaille pas pour les autres. Le changement pour certains. La rigueur pour les autres. Maintenant ou jamais. On est en 2012 et ces clips semblent dater du siècle dernier. Dans 15 jours, l'urne nous appelle. Il y a cinq ans, elle nous avait déjà appelés. Toute première fois avec une élection présidentielle. Cette salope n'avait même pas voulu nous venger d'un vieux traumatisme. Celui des 15 printemps. L'urne, cette traîtresse n'a jamais voulu nous donner un peu de ce à quoi nos parents avaient eu la chance de goûter il y a maintenant une éternité. Pour panser toutes ces désillusions propre à l'époque ou au jeune âge – toujours pas la réponse à la question - on a passé cinq années à râler, pester, critiquer la France que le roi des urnes avait façonnée avec ses petites lois et ses coups d'éclats médiatiques nauséabonds. Pour se bercer dans de bien douces illusions du « j'ai toujours raison », on s'est réfugié dans des clips, des musiques, des albums qui avaient pour principale qualité : la même tonalité que notre âme délaissée. La même haine, colère, démesure, démagogie. Qu'elles sont vite passées ces cinq années, tant appréhendées, accompagnées de ces quelques titres précieux et fidèles, à cultiver une colère que l'urne pourrait bientôt venir anéantir.

 

Et pendant tout ce temps de Vincent Delerm

« Et pendant tout ce temps ça sera lui le président. Nous marcherons la nuit Fille du Calvaire. Nous traverserons Paris juste pour la revoir. Nous aimerons Jacques Tati et Éric Rohmer. Et nous ferons partis d'une France qui se lève tard »

 

 

L'Honneur d'un peuple de Diam's

« Le Président ne nous aime pas, je l’ai lu dans ses vœux, d’ailleurs il ne s’aime pas non plus ça se voit dans ses yeux. Moi j’ai de l’amour en moi, et très peu de haine, je la réserve pour quelques journalistes de merde et pour Le Pen »

 

 

Le Patriote de Raphaël

« Si j’étais moins intelligent
Si j’avais pas ma carte de lâche
J’leur foutrais mon pied dans les dents
J’leur faciliterais pas la tâche
En première page des magazines
Ils sont partout dégueulants
Leurs réformes et leur grippe porcine
Le bon peuple et son président
Mais la France parfois ca m’déprime
et les français sont désolants »

 

 

On te voit de Joey Starr

« L’inquiétude est l’un des sentiments qui rassemblent,

Joie et colère, pour les vraies révoltes vont ensemble,

Joie d’avoir résisté aux actes corrompus,

Colère contre le pouvoir qui menace l’individu,

On voit bien les mesures sociales, en fait libérales,

Qui sont pour le patronat et pas la masse salariale,

On voit pas le mouvement populaire, censé représenter,

Ton gang, ta famille, les pieds nickelés, l’UMP,

On te voit depuis longtemps dire tout et n’importe quoi,

Et botter en touche à propos du pouvoir d’achat,

Pourquoi monter des commissions pour ce qu’on sait déjà ?

Tu nous l’as bien mise et qui a bu boira »

 

 

Lettre à la République de Kery James

« Vous avez souhaité l’immigration

Grace à elle vous vous êtes gavés jusqu’à l’indigestion

Je crois que le France n’a jamais fait la charité

Les immigrés ce n’est que la main d’œuvre bon marché

Gardez pour vous votre illusion républicaine

De la douce France bafouée par l’immigration africaine

Demandez aux tirailleurs sénégalais et aux harkis

Qui a profité de qui ?

La république n’est innocente que dans vos songes

Et vous n’avez les mains blanches que dans vos mensonges

Nous les arabes et les noirs, On n’est pas là par hasard

Tout arrivé à son départ ... »

 

 

Sépia plein les doigts Vincent Delerm

 « Tiens ça repart en arrière,
noir et blanc sur posters.
Maréchal nous voilà!
Du sépia plein les doigts
A quoi elle pense en s'endormant,
cette jolie France,
confiture Bonne Maman.
Elle pense pense pareil, pareil qu'hier
Avant Simone Veil, avant Badinter »

 


 

La Boulette de Diam's

« Y’a comme un goût de démé-démago, dans la bouche de Sarko »

 

 

Ma France à moi Diam's

 « Ma France à moi, c'est pas la leur, celle qui vote extrême,
Celle qui bannit les jeunes, anti-rap sur la FM,
Celle qui s' croit au Texas, celle qui à peur de nos bandes,
Celle qui vénère Sarko, intolérante et gênante.
Celle qui regarde Julie Lescaut et regrette le temps des Choristes,
Qui laisse crever les pauvres, et met ses propres parents à l'hospice,
Non, ma France à moi c'est pas la leur qui fête le Beaujolais,
Et qui prétend s'être fait baiser par l'arrivée des immigrés,
Celle qui pue le racisme mais qui fait semblant d'être ouverte,
Cette France hypocrite qui est peut être sous ma fenêtre »

 

Au Départ d'Alex Beaupain

« Et puis 21 avril
coup de tonnerre, de canon
Nos amours qui se défilent
Fin de cohabitation »

 

 

Nettoyage au Kascher de Keny Arkana

 « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois comme un facho au premier tour !
C'est clair Zorro est arrivé, en Sarkozy totalitaire,
N'oubliez pas qu'c'est par les urnes qu'est arrivé Hitler,
Un ministre pro-Bush, L'OMC a son élève,
Guillaume, Sarkozy, vice-président du Medef,
Pendant qu'les privatisations sèment la colère,
Nos politiques s'en réjouissent, en sont devenus actionnaires !
Snobent les protestations puis les criminalisent,
Envoyaient même le GIGN pour stopper des grévistes... »

 

 

Identité Nationale de Bernard Lavilliers

 « On se croirait revenu a vichy cher Pétain, la ou les étrangers les juifs- les arméniens
Etaient placardés la sur cette affiche rouge, la ou monsieur Bousquet disait (personne ne bouge)
Ils vont dans ton passé citoyen anonyme, fouiller dans ton casier judiciaire, et ça rime , voir si t’es bon français, si t’as de bon reflexes patibulaires- mais presque. »

 

 

 

 

Communiste de Cyril Mokaish

  « Ça les perdra
De mondialiser l'injustice
D's'en asperger de bénéfices
Ça les perdra
De cocooner le patronat
De « bouclieriser » l'élite
Qui t'embauche pas
Mais qui profite
De ses villas la la
A Ibiza c'est fantastique
Un bain de minuit dans le capital
Pendant qu' t 'as mal aux Assedics »

 

 

Rue Roger-Salengro de Juliette

 « Je trainais plutôt avec les garçons
On partageait les mêmes conversations
Sur le maillot jaune, et la science fiction
Un avis sur tout et des convictions
On brandissait nos bien trop grands drapeaux
Et ça oui, pour sûr, on était coco
Enfants de Thorez et de Jacques Duclos
Enfants de la rue Roger Salengro »

 

 

France Culture d'Arnaud Fleurent Didier

 « Fils de gauche : tu milites, milites. Fils de droite : hérites, profites »

 

 

Le Temps des cerises version Noir Désir

 « Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des peines d’amour
J’aimerai toujours le temps des cerises
C’est de ce temps-là que je garde au coeur
Une plaie ouverte
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne saura jamais calmer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au coeur »

 

 

Embrasons-nous de Saez

 «  Allez brûlons la bourse,
Histoire de leur donner le change,
Moi j'attends le procès,
Moi j'attends le procès,
De ceux qui s'amusent avec des milliards,
Des milliards de dollars, des milliards de dollars,
Pauvres petits cons !
TOTAL : 12 milliards de bénéfices,
12 putains de milliards de bénéfices,
Sur, si tu voles un putain de portable, tu prendras 2 ans,
Sur, si tu paies pas ton putain de loyer, ils t'enverront l'huissier,
Mais si tu prends des milliards, allez serre la main aux politiques,
On veut les voir en taule,
On veut les voir en taule,
On veut les voir en taule,
Je ne vois qu'un royaume,
Démocratie, démocratie, mon cul,
T'en as pas marre ? T'en as pas marre ?
Toi, putain de peuple
Qu'on te fasse le cul, à chaque coin de rue ?
T'en as pas marre ?
Je ne vois que la rage, de ceux qui n'ont plus rien,
La tête au fond des chiottes, à chercher l'oxygène,
A chercher, l'oxygène,
A chercher, l'oxygène,
Un jour, un jour,
Un jour, un jour,
Ouais, un jour le peuple se lèvera,
Un jour le peuple se lèvera,
Un jour le peuple se lèvera !
»

 

Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0