Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noémie Lvovsky signe un film qui (contrairement à ce que indique le titre) ne s'oublie pas. Petit bijoux de réalisme, le portrait de cette jeune femme tourmentée, incarnée à l'écran par Valéria Bruni Tedeschi, bouleverse spectateurs comme critiques. Nathalie est, depuis sa séparation avec Eric totalement perdue. Elle a bien tenté de l'oublier avec Antoine qui est très amoureux d'elle, mais à quoi bon... Par hasard, elle croise Eric dans le métro, elle se dit que tout peut recommencer. Puisqu'elle l'aime, il ne peut que l'aimer. Elle le poursuit, quitte à tout perdre autour d'elle...



Noémie Lvovsky apporte, avec ce premier long métrage sa touche singulière. Elle "féminise" le cinéma en suivant cette fille paumée de manière totalement décousu avec des coupures, un jeu totalement époustouflant, une inversion des rôles... Car on note dans Oublie moi, cette inversion spectaculaire entre le masculin et le féminin: Nathalie démentèle la figure féminine crée par l'imaginaire collectif: c'est elle qui drague, elle qui propose de faire l'amour, elle qui prend le dessus (face à un Torreton dépressif!). Cette inversion magistrale vaut quelques séquences géniales où les protagonistes se disent des choses qu'ils ne devraient pas se dirent. Les dialogues sont étonnant de brutalité, tout simplement parce que la vie se constitue comme brutale.

 

Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0