Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Moi aussi, comme Marion, je suis une femme. Pourquoi suis-je une femme?

Parce que je suis capable de vider un pot de Nutella XXL sans même m'en apercevoir, tout en regardant Plus Belle la vie sur France 3, vautrée dans mon fauteuil avec un pyjama rouge informe et je me tape du reste et pour que la vie soit vraiment belle, faudrait déjà commencer par rendre les hommes moins froussards et moins encombrants, sans blague, lorsqu'on a besoin d'eux, ils s'échappent et l'inverse est encore plus vrai. Voilà pourquoi il faut les oublier. Voilà pourquoi on laisse nos lentilles de contact dans la salle de bain et qu'on opte pour une paire de lunettes à triple foyer.


Je suis une adolescente qui dévore face à son écran plasma un chicken de vingt avec une sauce suivi d'un milk-shake vanille. Peut-être que je vais reluquer la saison 1 de Prison Break, l'histoire de ce type qui s'est fait un immense tatouage sur son beau corps afin de libérer son frère innocent et bloqué dans une vilaine prison. Je connais déjà la fin. Nos prisonniers vont creuser, creuser et encore creuser, le tout en faisant la gueule parce qu'un gardien n'arrête pas de les choper à chaque reprise. Ensuite, on croit qu'ils vont s'en sortir mais en fait non, c'est comme dans la réalité, on ne s'en sort jamais vraiment, c'est aussi la raison pour laquelle il existe un Prison Break 2 et que Prison Break laisse supposer que la vie est incapable de devenir plus belle un jour ou l'autre, même dans très longtemps.

 

S6307657

Je suis une femme parce que je craque toujours pour un salopard qui va m'en faire baver avec son air triste, son air de ne pas y toucher alors que, juste à côté, je peux avoir le type qu'il me faut, le reproducteur idéal, l'homme fidèle, le prince du bien-être aérodynamique, un beau mariage en perspective, mes cousines en chapeau King Size et moi, une fois ma robe enfilée, pour ne pas gâcher l'ambiance, moi, enfermée dans les toilettes, consultant mon portable pour savoir si le salopard avec son air triste n'a pas laissé un ultime texto, même d'insulte, je m'en tape, qu'il m'écrive une dernière fois et je sors des WC et toutes la famille est folle de joie de voir mes larmes qui prouvent le bonheur total dans lequel je nage et surtout, il ne faut jamais rien dire à ces moments-là.


Je suis une femme parce que, depuis l'âge de quatorze ans, je livre une croisade digne de la guerre de Cent Ans contre toute chose qui peut ressembler à un poil. Souvent, le combat se déroule chez l'esthéticienne mais parfois il a lieu à mains nues, avec une pince à épiler sur un mollet et là, c'est Verdun, la boucherie et là je suis une femme et je ne lâcherai pas l'affaire.


Je suis une femme parce que je suis courageuse dans les moments difficiles, parce que je savoure des magazines qui m'imposent un job à hurler tout en me filant des conseils pour rester sexy tout en pondant un gosse tout en évitant les vergetures tout en allant faire du step au gymnasium et là, en tant que femme active, je vais voir ma psy et chiale un bon coup.


Je suis une femme parce que je me réveille la nuit et que je fumerais bien une cigarette mais je prends la pilule et ma gynéco m'a dit d'éviter le mélange et cette vie commence à me faire chier parce que, comme chacun sait, la femme, pour tenir en 2010, se doit de posséder une sacrée paire de couilles.


Je suis une femme parce que je ne mange pas assez, parce que je mange trop, parce que j'ai peur de m'engager mais aussi de rester seule, parce que je discute sept heures au téléphone avec ma copine afin de résoudre La question du siècle : « Tu crois que je devrais arriver avec cinq ou dix minutes de retard? »


Je suis une femme parce que lorsque c'est terminé, je tourne la page, définitivement."


 

Extrait du nouveau livre de Nicolas Rey Un Léger passage à vide (Au Diable Vauvert)

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0