Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nicolas-bedos-mythomanePour contrer la médiocrité du métro, coincée pour la énième fois entre un Marc et un Guillaume, j'ai sorti mon Nico. Le seul l'unique, le vrai. Lâche pour les uns, unique pour moi. Ces mensonges jaillissent à chaque page et moi je n'y vois que la tragique vérité.

 

Pendant que la voisine d'en face lit les gratuits relatant l'abjecte gueguerre de l'UMP jouée par deux enfants gâtés face à une Marine qui se frotte les mains, moi, je lis ce que Nico balançait un soir, il y a bien longtemps sur un plateau où lui seul savait faire le show. Je dévore bons mots et vérités assassines dès 8H30 afin de survivre au reste de la journée.

 

L'une de ses vérités traitait justement d'un de ses sales gamins bouffés par l'ambition de devenir chef de la bande et chef du pays par la même occasion, quitte à flirter avec les extrêmes. La vérité date du 4 février 2011. Nicolas venait juste d'apprendre le nom de l'invité en question, ce sale gamin au sourire hypocrite, prêt à tout pour avoir son joli jouet baptisé UMP, elle disait cette vérité :

 

« Jeudi, j'apprends avec plaisir que Jean-François Copé sera notre invité. Le mec le plus à l'aise de toute la droite française. Copé drague la présidentielle de 2017 comme je n'oserais même plus aborder une groupie à 5 heures du matin, et pourtant il y a moyen... Si la confiance en soi était un critère d'élection, Copé serait sacré empereur d'ici la fin de la semaine » La drague confiante et lourde de ce sale gosse et sa droite forte, toujours plus adroite pour séduire les extrêmes, semble arriver à ses fins. Sacré empereur mais contesté ce qui ne laisse présager rien de très bon pour son avenir d'empereur. Car Marine l'impératrice guette non loin de là.

 

Nicolas disait aussi ce soir là :  « L'époque était aux lâches, aux traîtres, à l'ouverture, seuls les miroirs nous font la gueule. Et on peut se coucher, la conscience presque tranquille, tout en se répétant : « Non je ne suis pas un enculé, je vis avec mon temps ».Vérité tragique que je ne cesse de me répéter. Quand je vais en avoir fini avec les mythos de Nico, dieu sait combien son phrasé impeccablement insolant va manquer à la survie de mon cynisme.

 

Journal d'un mythomane, Volume 1 par Nicolas Bedois (Points)

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0