Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans l'Amérique des années 50, il ne fait pas bon être sympathisant de la cause communiste. Alors que la Guerre Froide fait rage entre deux blocs aux idéaux radicalement opposés, la Commission des activités anti-américaines du parlement des États-Unis connait son heure de gloire. À sa tête : un féroce sénateur du nom de Joseph McCarthy. Ce dernier se met en tête de poursuivre tous ceux qui sont soupçonnés d'être ou de sympathiser avec les communistes. De 1950 à 1956, l'Amérique livre une vaste croisade contre l'ennemi rouge. Liste noire des « dix de Hollywood », condamnations à mort, faux procès, calomnies et haine populaire rythmeront les sales années du maccarthysme. Arthur Miller, célèbre écrivain juif-américain, fut témoin de cette furieuse folie fanatique que fut cette période de la terrible « chasse aux sorcières ». La folie humaine et l'injustice de la situation lui inspirera l'écriture d'une de ses plus belles pièces de théâtre. Les Sorcières de Salem, récit d'un autre temps capable de ressurgir à tout moments dans nos modestes sociétés.

 

Lorsque l'on ouvre Les Sorcières de Salem pour la toute première fois, on ne peut s'empêcher d'avoir une pensée émue pour eux. Pour deux couples. L'un français, l'autre américain. Le couple américain était celui d'Ethel et Julius Rosenberg, accusés d'espionnage contre les États-Unis au profit de l'URSS, ils furent les premières victimes du maccarthysme, le premier lynchage public de la « Terreur Rouge » . Les Rosenberg, ayant plaidé leur innocence durant tout leur procès, meurt le 19 juin 1953, à quelques minutes d'intervalle sur la chaise électrique. Une mort en direct, face au regard d'un monde accablé. Un an plus tard, un couple français accepte de jouer la pièce d'Arthur Miller adaptée en français par Marcel Aymé. Nous sommes en 1954 et sur la scène du Théâtre Sarah Bernhardt, pour la première fois en France, Les Sorcières de Salem prennent vie avec Simone Signoret et Yves Montand dans les rôles principaux. À l'époque, compagnons de route du Parti Communiste français, le couple star des années 50 trouvent dans cette pièce un écho à leurs convictions personnelles et surtout une occasion de rappeler au public l'atroce histoire d'Ethel et Julius Rosenberg.

sorcieres-de-salem

Arthur Miller s'est inspiré de cette sombre période de « chasse aux sorcières » et la triste fin du couple Rosenberg pour l'écriture des Sorcières de Salem, pièce allégorique faisant résonner un autre épisode célèbre et noir de l'histoire américaine. En 1692, un procès homonyme s'ouvre dans la ville de Salem. La petite communauté pieuse du Massachussetts est ébranlée par des suspicieux actes de sorcellerie. Une nuit, une douzaine de jeunes filles de la petite bourgade puritaine sont trouvées dans les bois se livrant à des pratiques sataniques. Elles dansent comme des bêtes sauvages, boivent du sang et invoquent le diable... le tout sous le regard effaré du révérend Parris. Ce dernier est l'oncle d'Abigaïl Williams à l'origine de cette lugubre soirée. Au lendemain de l'étrange rite, plusieurs jeunes filles accompagnant Abigaïl tombent malades. La communauté préoccupée fait alors appel à un expert en exorcisme fort réputé dans la région. Le révérend Hale arrive en ville, et c'est l'affreuse hystérie puritaine qui s'empare de toutes les âmes de Salem. La machine infernale est en marche et sur sa route les coupables ne cessent de tomber face aux jugements d'un procès indigne. La vérité sortant toujours de la bouche des enfants, comme le stipule le malfaisant juge Danforth, le partial tribunal croit sur parole les jeunes filles à l'origine du drame. Les condamnations pleuvent, et parmi elle, celle d'Élisabeth Proctor tombe un beau matin alors que celle-ci apprend avec consternation de la bouche de son mari le mal qui sévit à Salem.

 

La chasse aux sorcières se met en place en l'espace de quelques jours... et de quelques mensonges. À l'origine du mal, Abigaïl monte cette histoire de sorcellerie de toute pièce pour récupérer son amour John Proctor, mari d'Élisabeth. Son seul but étant de voir sa rivale mourir. Mourir sur le bûché avec d'autres innocents accusés à tord, comme Élisabeth de sorcellerie. Vingt-cinq d'entre-eux se refusant à confesser leurs péchés présumés trouveront la mort sous les yeux d'un village assoiffé d'exécutions.

 

Superbe transposition d'un drame de tous les temps, Arthur Miller, avec Les Sorcières de Salem, met en lumière la capacité des hommes à perdre pied et à devenir des bourreaux du jour au lendemain. Des bourreaux aveuglés, sans morale, ni conscience emportés dans une déferlante envie de mort. La communauté de Salem de 1692, aveuglée par les lois de la Bible, fait écho à la communauté américaine des années 50, aveuglée quant à elle par sa haine du communisme. Le diable en ce temps-là était rouge et les âmes puritaines américaines le combattait de toutes leurs forces. Le soi-disant mal, communiste ou satanique dans la pièce, a beau se défendre, en vain, il ne sera jamais entendu. Lorsque John Proctor confesse son véritable péché, celui d'« être le débauché et Abigaïl la putain », le présumé coupable n'est pas écouté par ses bourreaux. Tout est joué d'avance, pour lui comme pour les autres, sa femme et ses amis, dont le seul tord est de ne pas avoir avoué ce que le jury populaire voulait entendre.

 

La simple vengeance d'une gamine sur sa rivale a conduit toute une ville au péril dans la dévote société de 1692. La simple haine de l'idée communiste a conduit un couple américain sur la chaise électrique, et avec eux, de nombreuses enquêtes, suspicions, procès, interrogatoires autour des partisans ou amis de l'idée communiste, sans parler du lynchage médiatique déclenché dans la puritaine Amérique des années 50. Les Sorcières de Salem est l'histoire de ce lynchage, de ce basculement vers l'horreur qui mène les hommes aux pires ignominies, aux pires injustices. En cinq actes poignants, rythmés et presque incompréhensibles dans leur manière à démontrer comment une telle histoire peu naitre, en si peu de temps et avec si peu de preuve, Les Sorcières de Salem se veut une œuvre utile. Utile à tous les temps. Parce qu'elle est d'hier, d'aujourd'hui mais aussi de demain, la pièce d'Arthur Miller (qui lui aussi dû faire face à la commission McCarthy) se doit d'attirer notre attention et cela éternellement. Cette terrifiante histoire de chasse aux sorcières, superbe allégorie du maccarthisme et de l'hystérie collective qui l'entoura, illustre de façon magistrale l'effroyable capacité de l'homme à franchir à tous moment la frontière entre la raison et la folie, la justice et le fanatisme.


Les Sorcières de Salem d'Arthur Miller (Robert Laffont, Pavillons Poche)

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0