Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est déjà fini. Tant de stress, d'argent claqué, d'heures en cuisine, d'insultes en voiture, de monde dans les boutiques. Quel sapin? Quelle bûche? Quelle couleur le papier cadeau? Quel cadeau?...
C'est quoi déjà la magie de Noël? De croire en l'existence d'un mec à la barbe blanche vêtu d'une veste rouge (quelle faute de goût) qui réussit à passer par la cheminée pour déposer des cadeaux (plus ou moins bien) au pied du sapin? Croire en la beauté d'une ville toute illuminée où règne une atmosphère de fête, une ville où il fait bon vivre juste pour un temps restreint? Croire en un monde où tout le monde il est gentil et beau? Croire en un monde sortit tout droit d'un conte de Walt Dysney?

Hélas pas de prince charmant, pas d'ami imaginaire doux comme Peter Pan que des capitaines Crochet, des sorcières et tutti quanti... Noël, c'est comme l'amour, une douce et fabuleuse arnaque qui ne dure qu'un temps. Comment ai -je pu y croire? Comment tous les gamins de 2008 peuvent-ils y croire? Les chaînes nous harcèlent de reportages sur la course aux cadeaux, sur cette "putain" de crise qui réduit considérablement les dépenses de Noël. Et puis toutes ces grandes surfaces où les cadis des parents sont remplis de jouets de tous les genres (et pas des meilleurs). Et enfin, la grosse arnaque dans cette affaire c'est quand même ce superman à la barbe blanche qui livre en une nuit, s'il vous plaît, les cadeaux à tous les enfants du monde! Quoique dans sa gigantesque tournée, il a oublié plus d'une fois les enfants de l'hémisphère sud...

Maintenant, il me reste plus qu'à ramasser les épines du sapin, aller jeter les poubelles remplies de papiers cadeaux plus laids les uns que les autres, et puis ranger les décorations dans un carton pour l'année prochaine. Mon humeur maussade me pousserait presque à détruire le rêve de tous ces gamins qui y croient. Oui, les enfants, le Père Noël c'est une ordure, une grosse farce pas très rigolote car quand elle est démasquée tout perd sa saveur.

Une grande dame de Saint Germain des Prés murmure dans mon oreille "Ce monde il est horrible, et nos gamins, ils y périssent tellement vite...". Elle n'a pas tord. C'est beau d'y croire, même si ça fait mal après, quand on réalise bêtement, à 22 ans (quand même, il était temps!) que plus rien ne sera jamais comme avant. On voudrait partir à la recherche du temps perdu, comme Marcel, mais c'est mission impossible... Même si plus rien ne sera comme dans un conte de Walt Dysney, il restera toujours des sensations, des émotions, comme Marcel avec sa madeleine...

 


La Charlotte au chocolat c'est beaucoup plus gras que la madeleine de Marcel Proust, mais ça a exactement le même effet...



Tag(s) : #Chroniques de l'asphalte

Partager cet article

Repost 0