Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorsque Batman débarque face à nous, on craint d'être une nouvelle fois déçu par un de ses supers héros plus proches d'Inspecteur Gadget que d'un célèbre justicier masqué. Or dès sa première scène, The Dark Knight nous plonge dans un univers extrèmement réel, une lutte indéfectible entre le bien et le mal, une plongée dans une société contemporaine qui fait froid dans le dos. Ce Batman fascine et nous cloue à notre fauteuil, il nous joue un remake de Peur sur la ville et pourtant il s'attache à mettre en évidence les lâchetés des uns, le courage des autres et la haine qui fermente au sein de Gotham. Batman aborde une phase décisive de sa guerre au crime. Avec l’aide du lieutenant de police Jim Gordon et du procureur Harvey Dent,il entreprend de démanteler les réseaux criminels qui subsistent dans Gotham. L’association s’avère efficace, mais le trio se heurte bientôt à un nouveau génie du crime qui répand la terreur et le chaos dans Gotham : le Joker, la réincarnation du diable... On savoure pleinement ce chaos semé par un joker qui fait froid dans le dos. Le regretté Heath Ledger l'incarne avec brio en insistant sur le traumatisme de son personnage. Un clown triste dont on admire le cynisme et la répartie.


Christopher Nolan a su déjouer les pièges du blockbuster: ses personnages font l'histoire, les effets spéciaux ne sont que des seconds rôles sans importance. Dans son Batman somnole une parabole, un enseignement sur la société actuelle, en chacun de ces personnages sommeille un combat homérique entre le bien et le mal... Batman se pose cette simple question: « Où va le monde? ».



Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0