Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je pensais que j'étais larguée.
C'est drôle comme les expressions ne sont pas seulement des expressions. Il faut avoir eu très peur pour comprendre "sueurs froides" ou avoir été très angoissé pour que "des noeuds dans le ventre" rende tout son jus, non?
"Larguée", c'est pareil. C'est merveilleux comme expression. Qui a trouvé ça?
Larguer les amarres.
Détacher la bonne femme.
Prendre le large, déployer ses ailes d'albatros et baiser sous d'autres latitudes.
Non vraiment on ne saurait mieux dire...
Je deviens mauvaise, c'est bon signe. Encore quelques semaines et je serais bien laide.
Parce que le piège, justement, c'est de croire qu'on est amarré. On prend des décisions, des crédits, des engagements et puis quelques risques aussi. On achète des maisons, on met des bébés dans des chambres toutes roses et on dort toutes les nuits enlacés... On s'émerveille de cette... Comment disait-on déjà? De cette complicité. Oui c'était ça qu'on disait, quand on était heureux. Ou quand on l'était moins...

Le piège c'est de penser qu'on a le droit d'être heureux.
Nigauds que nous sommes. Assez naïfs pour croire une seconde que nous maîtrisons le cours de nos vies.
Le cours de nos vies nous échappe, mais ce n'est pas grave. Il n'a pas grand intérêt...
L'idéal, ce serait de le savoir plus tôt.
"Plus tôt" quand?
Plus tôt.
Avant de repeindre les chambres en rose, par exemple...
C'est Pierre qui a raison, pourquoi montrer sa faiblesse?
Pour prendre des coups?

 

 

Je l'aimais de Anna Galvada (La Dilettante)

 

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0