Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elle est là. Comme dans un rêve. Un fantasme inassouvi. Un film inachevé. Elle est là. Beauté pudique devenue beauté du diable. Impératrice de la sagesse métamorphosée en déesse de l'érotisme. Actrice d'un autre temps réanimée par la magie du cinéma et sa capacité éternelle à dénicher les trésors perdus ou oubliés. Elle est là et se joue de nous tous, et surtout de lui son mari pour la bobine, Serge Reggiani. Elle est là, belle et moderne comme jamais sous la caméra d'un cinéaste diabolique de réputation. 1964, la jeune fiancée de l'Allemagne et de Delon a quitté ses aventures de crinoline pour des aventures beaucoup moins conventionnelles. Elle a abandonné ses robes de princesse pour l'habit originel. Sissi s'est réincarnée en Ève. Face caméra dans les rêves les plus fous de son mari jaloux, elle est là : originelle, dominatrice, fascinante, incandescente, indécente pour 1964. Elle attise les regards et les désirs de tous ceux qui entrent à l'Hôtel du Lac. Dans un silence érotique, en robe de mariée ou en nuisette, elle se pavane sous les yeux d'un mari fou de jalousie. Dans un silence dévastateur, elle joue de sa bouche peinturluré en vert ou en bleu, de son regard souligné de khôl, de son visage entièrement recouvert de paillettes, de chaque parcelle de son corps. Ce corps qu'elle ne désirait pas voir nu à l'écran, mais que le cinéaste diabolique déshabillera pour une scène de train mythique.

La Belle dans l'Enfer de Clouzot

Le diable au corps de Romy pour la première fois au cinéma. La jeune femme de la bobine précieuse ondule tantôt sous un noir et blanc envoûtant tantôt sous un bleu et vert éclatant. Elle hante la vieille bobine, la tourmente, la bouleverse, l'émeut. Elle n’a jamais été aussi belle et fascinante. Même dans les meilleures mémoires de cinéphiles, elle n'a jamais été aussi hypnotique. « Hypnotique » c'est le mot. Érotique aussi, tentatrice, sensuelle, charnelle, libertine. Une impératrice de tous les désirs et de tous les fantasmes imaginée par un réalisateur qui n'a plus rien à prouver alors au cinéma français et qui, pourtant sent venir le vent de la Nouvelle Vague et ses désirs de libérations par l'expérimentation, la prétention de la jeunesse. Avec L'Enfer, Henri-Georges Clouzot, hypnotisé par le cinéma récent de Fellini, décide de basculer dans l'extrême modernité. De mettre en images son obsession d'hier : le démon de la jalousie qu'il a connu aux côtés de son épouse récemment disparue, Véra Clouzot (une beauté elle aussi). Serge Reggiani incarnera le mari jaloux propriétaire d'un hôtel au bord d'un lac, Romy Schneider sera sa jeune épouse, l'objet de tous les désirs et de tous les cauchemars du mari. L'enfer est un rêve éveillé pour les cinéphiles, un cauchemar pour le cinéaste et son équipe. La paranoïa du mari vire à l'obsession de cinéma. Clouzot illustre l'hallucination du mari par des séquences exceptionnelles pour l'époque où Romy devient objet de fascination plongé dans un art cinétique et sublimé par un éclairage particulier, l'héliophore. Il la filmera dans des essais inoubliables pendant des heures. Et il fera bien, parce que jamais cette Romy Schneider moderne et érotique ne sortira sur les écrans comme il l'était initialement prévu. Véritable enfer pour tous, ce film restera dans l'histoire du cinéma français comme le film symbole, le film inachevé de Clouzot. Il sera interrompu par la dépression de l'acteur Reggiani, et l'infarctus du réalisateur. Il faudra attendre 1968 pour goûter au potentiel érotique de Romy (La Piscine de Deray), 1994 pour savourer cette jalousie surnaturelle chez Chabrol qui adaptera L'Enfer et 2009 pour se délecter de l'histoire mystérieuse de ce film maudit avec le documentaire de Serge Bromberg à partir des archives de Clouzot - cinéaste dont on peut redécouvrir l'immense travail jusqu'au 29 juillet 2018 à la Cinémathèque. 

Tag(s) : #Cinéma, #Romy Schneider, #L'enfer, #Clouzot, #Cinémathèque, #Exposition, #cinéma français

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :