Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petite lumière de lucidité ce soir. Il était temps. Je viens enfin de comprendre pourquoi la vie me paraît si facile depuis plusieurs semaines. C'est parce qu'il est partout. Oui, partout. Dans les pages que je dévore chaque soir. Dans ma salle favorite, l'obscure salle. Dans ma petite lucarne à des heures tardives. Sur les unes de mes magazines préférées (à moins que cela ne soit son ravissant fantôme?). Sur ma platine, sa verve abîmée et dépressive s'amuse à m'enchanter. Une nécessité s'impose alors : partager mon enchantement Gainsbourien!


Dernière petite trouvaille de la groupie du fumeur de havane : « Je déteste Serge Gainbourg » ou plus exactement : « Je Déteste Serge Gainsbourg ». Ce n'est bien évidemment pas moi qui le dit mais le titre provocateur d'une compilation de chansons gainsbouriennes « bootleger » sans complexe. Petite piqûre de rappel : le bootleg est l'art de mixer deux morceaux pour faire naître de cette union un troisième morceau inédit. Profitant de la sortie surmédiatisée (j'avoue) du Gainsbourg (Vie héroïque) de Joann Sfar sur les écrans de cinéma, une bande de DJs s'est lancée pour objectif de faire évoluer (ou saccager, selon les avis) l'œuvre de l'homme à la tête de chou. Le résultat est d'une pertinence follement amusante.


je-deteste-SG

                 (Visuel : RERO)

Que signifie cette appellation intrigante : « Je déteste Serge Gainsbourg »? Un titre bien dur à prononcer (et même à écrire) quand on s'avère être une véritable fan du poète. Oui, Gainsbourg est bel et bien un poète, je persiste et signe. Pour ceux qui en doutent encore, rendez vous Piste 1, pour un « Poinçonneur des Lilas » très Offspringien. Entrez donc sur la piste et revisitez les classiques de Serge Gainsbourg sur les platines de DJ's usurpateurs et bricoleurs talentueux. Les titres cultes se succèdent de « Bonnie and Clyde » à « Love on the Beat », en passant par un « Je t'aime moi non plus » improbable où la voix suave d'une Brigitte Bardot se mêle à l'agressivité verbale d'un Notorious B.I.G. Choc des cultures, rencontres uniques, les bootlegs donnent naissance à des morceaux loufoques où une Beth Ditto se transforme en somptueuse Lola Rastaquouère à la voix rocailleuse. Comment ne pas y avoir pensé plus tôt?


Des accords électriques de « Melody par coeur » (« En Melody » pour les experts) aux sonorités métissées de « New York, Nigeria » (« New York USA »), les bootlegs offrent une nouvelle dimension aux chansons de Serge Gainsbourg. Ils permettent également aux auditeurs de parfaire leur culture musicale en s'interrogeant sur l'identité des deux morceaux d'origines tout en posant une oreille très attentive sur les mélodies des artistes en question. Album efficace, ce « Je Déteste Serge Gainsbourg » enchaine les rencontres improbables entre un provocateur d'un autre temps et les (faux) provocateurs d'aujourd'hui (Eminem, Dr Dre, Snoop Dog, Ja Rule, Offspring). Une alchimie originale à découvrir et à télécharger gratuitement ici.


Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0