Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Granville-copie-1.jpgBesoin de prendre large, de sentir le goût salé de la mer sur une peau ou de quelques plaies et liberté d'adolescence ? Granville répond à tous ces besoins urgents avec un premier disque frais comme le vent d'ouest. Venu de le west coast française – comprenez Caen – les quatre petits jeunes de Granville pourraient tout aussi bien être sorti de l'époque des yéyés. Époque bénie par les dieux de l'industrie de la musique où se succédaient les titres fragiles et les tubes juvéniles dans les jukebox. Car à l'écoute de ce premier opus, on a l'impression de se trémousser comme dans une chanson de France Gall ou de divaguer comme dans une chanson de Françoise Hardy. C'est le temps de l'amour, le temps des copains et de l'aventure, un temps qui fait du bien quand il est écrit-décrit sans fioritures. Chose pour laquelle la plume de Granville excelle. Bourrés de références, gagnés par les influences sixties et les refrains qui collent à la peau, Les Voiles regarde vers l'avenir et l'horizon lointain tout en étant imprégné d'une ritournelle passée qui n'a pas fini de chambouler les cœurs.

 

Empreinte d'actes manqués, du temps des yéyés et d'un esprit très California Dreamin, Granville fait souffler un vent d'air frais sur la chanson française avec des chansons élixir de bonheur brut et instantané. Ses comptines d'une modernité inouïe distillent ici et là des souvenirs qui n'appartiennent qu'au passé. Ainsi chez les normands, l'espace temps semble s'être stoppé sur les sixties. On danse comme dans une boum de 1966 (" Le Slow ", " La robe rouge"), s'aiment mal sur Nancy Sinatra et ses lascifs « bang bang » (" Nancy Sinatra ") on sort son polaroïd pour garder précieusement l'instant présent et chéri le temps des jean troués (" Polaroïd" et " Jean troué "). Promise 100 % teenager, les chansons de Granville dessine avec grâce le temps où on se fout du temps, résumer par le sublime « slow » Adolescent.

 

Textes adorablement juvéniles mais chansons faussement naïves, Granville plaira aux âmes éternellement juvéniles. Et pour cause, le jeune âge du quatuor favorise sûrement cette parfaite retranscription d'une époque révolue pour bien des auditeurs. Époque superbement retransmise par Mélissa, la chanteuse, petite héritière des chanteuses du temps de SLC. Petite poupée brune qui chante si bien les goûts amer dans la bouche et les crèvecoeur adolescent. Une voix acidulée et coquine comme celle de Bardot alignant les bons de Serge Gainsbourg à ses débuts. Une voix capable de mettre de la distance avec ses blessures indélébiles. Encerclés de guitares tantôt saturées tantôt lancinantes, la jeune fille nous prend par la main pour nous emmener dans une contrée mélancolique qui ne craint aucunement la lucidité. Et on décide de la suite sans hésiter...

 

" Les Slow " de Granville

Les Voiles de Granville
Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0