Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gainsbourg.jpg2 mars 1991. 2 mars 2011. Pas un jour ne se passe sans que les amateurs de la prose gainsbourienne écoutent les beaux mots de leur beau Serge. Aujourd'hui, c'est toute la journée qui a filé aux sons de la prose gainsbourienne. Il était partout. Télé. Radio. Web. Papier. Gainsbourg 20 ans déjà s'étalent sous les yeux de l'hexagone depuis l'aube. Ça agace les uns. Ça insupporte les autres. Ça réjouit les groupies. 20 ans après toujours la même rengaine des attaques et des compliments. Médiocre provocateur pour ses détracteurs. Poète maudit pour ses amoureux. Personne n'est indifférent à celui qu'on sacralise d'un côté pour mieux le vilipender de l'autre. Ici, terre des passions extrêmes, on ne sait pas faire dans la modération. On est immodéré, comme Gainsbarre lui-même. Gainsbourg génie, Gainsbourg faussaire. Mon choix est fait depuis belle lurette et je ne vais pas une nouvelle fois, partir dans mes divagations de groupie et crier à en perdre haleine mon «  message personnel ». Puis célébrer les morts c'est lassant. C'est une sale manie bien française que l'on ferait mieux d'adapter aux vivants. Trêve de discussion. En ce soir du « 20 ans après », ce qui prime c'est de savoir pourquoi on aime cet homme comme il méritait d'être aimé. Et lui dire que l'on entend toujours les rotatives de ses « airs terribles».  Rien d'autre.

 

« Écoutes les orgues, elles jouent pour toi »... 

 

 

 

 

Flashmob organisée pour les 20 ans de la disparition de Serge Gainsbourg réalisée par le « Collectif Gainsbourg 20 ans » samedi 19 février, à Paris.

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0