Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est dans des jours comme celui-ci que l'on réalise tardivement que notre âme de midinette ne nous quittera jamais. Mieux vaut tard que jamais. Midinette désabusée mais midinette quand même. Je fais partie de cette tribu peuplée de filles mélancoliques sensibles à jamais au regard de Johnny, à son battement de cœur et son déhanché endiablé...


Patrick Swayze est parti sur la pointe des pieds. En silence. Plus connu sous le beau nom de Johnny, danseur charismatique de Dirty Dancing, Patrick Swayze était un acteur emblématique des années 80. A son compteur, quelques beaux films made in Hollywood: Ghost, La Cité de la Joie, Point Break... Une carrière simple pour un homme discret loin des frasques hollywoodiennes de ses comparses. Les années 90 seront celle de la déchéance. Jamais il ne regagnera le statut d'autrefois. La drogue, l'alcool et la maladie viendront s'en mêler. A l'âge de 57 ans, cet acteur, à la formation de danseur, quitte la scène. Il restera son étoile sur Hollywood Boulevard et puis un film. Film de toute une génération où Patrick Swayze esquivait des déhanchés encore plus sensuels que ceux de John Travolta dans Grease. Dirty Dancing c'était avant l'assassinat du président Kennedy, avant l'avènement des Beatles. C'était l'été 63 et Baby allait tombée amoureuse et nous aussi. Film pour midinettes en mal d'amour, succession de scènes torrides entre Baby et son Johnny, Dirty Dancing était une de ces histoires à la guimauve comme on aime en dévorer encore et encore. Baby et son brushing improbable. Johnny et ses fringues serrés au corps. Un mode vestimentaire douteux. Un jukebox qui ne cesse de tourner...

La bobine de Dirty Dancing a vieilli. Baby a disparu de l'écran noir. Et Johnny est parti aujourd'hui. Pourtant, ils sont à tous jamais prisonnier de cette vieille VHS, qui traîne sur mon étagère. Ils dansent sur Cry to me. Et ne cesseront jamais de danser.

 

 

Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0