Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Charlotte for ever" chantait, il y a bien longtemps maintenant, un papa aimant à sa petite petite Charlotte. L'homme à la tête de chou avait raison. Charlotte est toujours là. Toujours là où on ne l'attend pas, à vrai dire. Beau et troublant personnage chez Lars Von Trier, il y a quelques mois, elle revient aujourd'hui sur le devant de la scène avec, non pas un nouveau film, mais un nouveau titre. Baptisé IRM, sa nouvelle petite merveille est à la hauteur du personnage. Surprenant.

 



Il y a des filles comme ça qui réussissent tout ce qu'elles touchent, capables de faire naître des jolies choses. à chaque instant Charlotte Gainsbourg fait partie de ce type de fille. Ce genre même qui embellit tout ce qu'elle entreprend. À l'aube de ses 40 ans, avec 40 films au compteur, Charlotte Gainsbourg, fille d'un poète moderne et d'une muse anglaise unique, s'empare de ses origines et part à la conquête de l'univers musical. Univers qu'elle côtoie depuis sa plus tendre enfance, monde qu'elle se plaisait à regarder avec les yeux émerveillés d'un enfant qui ne pouvait point s'emparer de la chose sacrée. Il y a trois ans, elle avait surpris public et critiques avec son véritable premier album. 5:55 mélangeait avec soin la langue de Molière et celle de Shakespeare, l'une et l'autre s'entremêlant sur des mélodies produites par Air, s'il vous plait. Gainsbourg fille sait s'entourer comme il le faut. Pour sa deuxième expédition dans le monde impitoyable de l'industrie du disque, elle fait de même en faisant appel à Beck, dieu du collage et de l'éclectisme musical. L'homme ne devait faire acte de présence que derrière les platines mais, au fil des mois, les textes se sont écrits à quatre mains.


Premier extrait de cette collaboration: IRM. Titre aux sonorités étranges et à la rythmique angoissante, IRM plonge son auditeur dans un troublant chaos, transporté par la voix travaillée de Charlotte Gainsbourg. Oui, vous ne vous trompez pas, vous avez parfaitement compris et entendu ce titre aux allures magnétiques. Vous êtes à votre tour prisonnier de cette machine infernale. Celle-là même dans laquelle Charlotte Gainsbourg s'est retrouvée soumise aux aléas de la médecine suite à un accident. Les bruits insupportables de la machine lui sont devenus si familiers, à force d'examens, qu'elle les a manié à sa manière, revisité pour son disque, afin de les remercier de « l'avoir presque bercé » déclare t-elle dans Les Inrockuptibles. Le résultat est déconcertant. Inquiétante berceuse au rythme entêtant et envoûtant. Titre intriguant parfait dans le rôle de premier single qui vous mène vers l'attente inéluctable de la sortie de l'album. Patience, donc. Le vrai IRM sera révélé dans les bacs le 7 décembre prochain. D'ici là, téléchargeons légalement ...

Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost 0