Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France a honte. Mauvais remake de la main de dieu, hier soir au Stade de France. C'était pas la main du dieu Maradona. Non, c'était juste la main maudite de Thierry Henri qui avait malencontreusement oublié qu'il jouait au football et non au handball. Alors oui, c'était hier soir ou jamais! L'équipe de France a gagné sa place dans un avion pour l'Afrique du Sud en juin prochain. Pas un charter conduit par Eric Besson. Non, non, un vréritable avion avec première classe et tout le reste. Une place volée, certainement. Une place polémique, sûrement. Une place qui va longtemps hantée les esprits. Parce que depuis hier soir, c'est On refait le match mais sans le mythique Eugène Saccomano. Parce que là, franchement, il n'y a pas matière à s'enflammer. Chacun refait le match à sa manière en famille, entre potes, en couple même et  tout le monde y va donc de son petit commentaire sur le drame qui s'est joué hier soir au Stade de France. Les bleus ont des bleus à l'âme, c'est sûr. Mais malgré la douleur, on les remercie, non pas pour la victoire, mais pour avoir effacés les drames de la réalité quotidienne. En ce 19 novembre, Roselyne Bachelot oublie (enfin) deux secondes sa grippe pour sermonner « Raymond » et ses 22 bleus. Elle n'a qu'à aller mouiller le maillot, elle aussi, et composer sa propre feuille de match tant qu'à faire. Il faut avouer que faire oublier la grippe à Roselyne c'est quand même une véritable victoire. En ce 19 novembre également, Total et son PDG sont mis hors de cause dans l'affaire AZF et tout le monde s'en tape  royalement à vrai dire parce que franchement la justice de ce monde veut que cela soit les tricheurs  et les méchants qui gagnent sur les gens honnêtes et innocents. Quoi de plus normal!

 


Les footballeurs sont des héros modernes, tout le monde le sait. Moi, j'ai eu cette certitude un soir de 12 juillet 1998. Une vraie révélation. Une apparition même. Certains ont vu la Vierge. Moi j'ai fait plus fort encore. J'ai vu un français d'origine algérienne rassembler la France entière, dans toutes ses couleurs et toutes ses contradictions. J'ai vu mon identité nationale sur les Champs-Elysées un beau soir d'été. J'étais petite et c'était sans hésiter le plus beau jour de ma vie. Plus tard, la force de l'âge m'a fait comprendre que j'avais été naïve. Mea-culpa. Le football est une contradiction magnifique et détestable à la fois. Capable de réunir, de fédérer et de rendre heureux, il se révèle tout de même dangereux parce que l'on a tendance dans ses bras à oublier qu'il n'est qu'un sport gangréné par le fric, la tricherie, la manipulation et autres immondices en tous genres. Même si j'écris ces mots, la petite fille de 11 ans, avec ses drapeaux français peints sur les joues et son maillot de Zidane sur le dos, continuera toujours à croire que le football est capable du meilleur... comme du pire. Le pire c'était hier soir. Le pire c'était sur le terrain, dans la presse et dans les esprits. Le pire c'est être français : éternel insatisfait.


Monsieur Besson n'a finalement qu'à regarder le match de l'équipe de France pour avoir une réponse correcte à sa question ouverte sur l'identité nationale. C'est ça la France... Une équipe métissée qui chante la Marseillaise. Des supporters qui critiquent mais sont bien contents finalement d'avoir leur place à la Coupe du Monde. Un entraineur qui aurait pu prendre la place de Christine Lagarde au gouvernement dans le style « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Des journalistes qui lynchent le coach, comme jadis ils ont lynché les Jacquet, Lemerre et Santini. Ouais. C'est ça la France chantait Lavoine. Ça cherche la bagarre, ça lève le poing, ça bouge, ça manifestationne.


Pour ceux qui sont allergiques au foot, pas de panique, la folie de la planète foot va s'estomper au fil des jours et la grippe reprendra son cours et la crise avec. On aura une pensée dans les jours suivants, aux éducateurs et autres qui devront expliquer aux gamins que dans la vie on peut gagner sans tricher. Si, si c'est possible! On aura une pensée également pour Nicolas Sarkozy, qui malgré la victoire consternante, pourra tout de même noter sur son agenda, pour le mois de juin prochain : « La voie est libre ». Parce que finalement, le football est capable du meilleur comme du pire. Pendant que le sport le plus occidental qui existe envahira l'Afrique du Sud en juin prochain et nous procurera certainement des joies intenses, je n'en doute aucunement, des gosses à quelques kilomètres de là crèveront toujours de faim et ici le Président aura toute la liberté de faire passer des lois invraisemblables. Ouais, c'est ça la France...

 

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0