Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme toute idole trop aimé et trop tôt disparue, Mister Buckley fils a droit à son quart d'heure de gloire sur grand écran. À vrai dire, l'auteur du sublime Grace verra sa vie adaptée par deux fois au cinéma. L'un sera dirigé par Jake Scott. Le second par Daniel Algrant. Baptisé Greetings from Tim Buckley, ce biopic se dévoile peu à peu avec une bande-annonce sur laquelle on a du mal à se faire un avis tranché...

 

jeff-buckley-biopic.jpg

Le génie Jeff Buckley a seulement 30 années de vie à son actif (pour rappel : le beau brun est mort noyé), un album dans les bacs (et pas des moindres) et un œdipe encombrant. Destin idéal pour les amateurs d'images fulgurantes et les amoureux du rock ! Destin qui, une fois adaptée, n'évitera pas les clichés classiques du genre à en croire la bande-annonce. Le Greetings from Tim Buckley choisit de se concentrer sur une période décisive dans la carrière éphémère du chanteur. En 1991, Jeff Buckley participe à un concert hommage à son père, Tim Buckley, artiste folk mort d'une overdose en 1975. Le concert est baptisé « Greetings from Tim Buckley », il sera le point de départ de sa carrière musicale. Un coming out musical qui n'ira sans une amourette avec une admiratrice de son père.

 

Ira ou ira pas ? Telle est la question. Le phénomène des biopics exerce sur nous un habile pouvoir. Vous savez pertinemment que vous allez être déçu, que la légende va être passée à la moulinette miévreuse des sentiments mais votre cœur fragile n'hésitera pas à l'idée d'être déçu une nouvelle fois. Et de voir le Lonely Boy (Penn Badgley) de Gossip Girl sur grand écran...

Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0