Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Hendrix fit hurler ensemble toutes les Amériques aimées exécrées, il les fit hurler ensemble dans cette langue d'incendie

dans cette langue monstre qui rendit immédiatement caduque tout autre forme d'expression, cette langue avec laquelle aucune autre n'aurait pu rivaliser,

car aucune autre n'aurait été capable d'embrasser,  comme il le fit avec sa seule guitare, toutes ces voix qui se cognaient dans un choeur atroce et magnifique, un coeur déchiré, discord,

un choeur bousculé où la violence laplus folle se cognait à la puissance contenue, la fureur grondante au murmure,  l'horreur la plus effroyable à la beauté, et l'angoisse de la mort à l'inapaisable espérance,

un choeur disloqué, grinçant, un choeur monstrueux où le blues, le rock, la soul, le free jazz, le brame indien et l'hymne de la nation procédaient à des fornications contre nature, fornications qu'aucune littérature au monde n'aurait pu exprimer.

Et cette vérité violente que Hendrix fit résonner sur l'envers sombre d'une Amérique vernissée, cocardière, et sûre de son droit, constitua pour tous ceux qui étaient là, ce matin du 18 août 196ç, à 9 heures, à Woodstock, une délivrance

une délivrance qui les laissa déconcertés et étourdis, mais une délivrance salutaire et j'irai jusqu'à dire cathartique.

En trois minutes quarante-trois, The Star Spangled Banner rendit respirable l'air d'un pays où la jeunesse suffoquait, cernée qu'elle était par des discours qui, cherchant à toute force à gommer les aspérités de l'Histoire, ne faisaient que lui mentir."

Hymne de Lydie Salvayre (Fiction&Cie)

18 août 1969 : et Jimi électrisa l'Amérique
Tag(s) : #musique, #rock, #Littérature, #Lydie Salvayre, #jimi hendrix, #woodstock

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :