Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Il ne s'agit pas de dire "je t'aime" mais d'accepter au fond de soi d'aimer l'autre, c'est-à-dire de ne plus différencier le sort de l'autre du sien propre. Passé un certain âge, ce saut devient plus difficile, sauf quand le passé est engagé tout entier, dans toute son épaisseur, couche après couche, lecture après lecture, rencontre après rencontre dans le choix présent, le justifiant sans doute possible. C'est le garçon que j'avais été avant de devenir celui que j'étais devenu qui s'engageait de la manière la plus chevaleresque auprès de celle, l'éternelle, dont j'avais vu le premier avatar là-bas dans l'hôtellerie du couvent, ou peut-être avant, dans ma lointaine enfance. J'en étais certain, ma foi était pure.

Cette fois en l'amour n'était pas morte pendant toutes les années intermédiaires mais elle s'était déplacée dans le domaine de l'art. Je croyais en la littératire, je lui avais juré fidélité et l'élue de ce voeu, cette part communiste de moi qui tendait au sublime en général souffrait de se voir préférer une seule femme, fut-elle aussi poétique et romanesque qu'Eva.

La seule issue que j'ai trouvé à ce dilemme était de prendre l'objet de mon amour, Eva, et d'en faire un livre, Eva"

Eva de Simon Liberati (Stock)

L'hyper Eva
Tag(s) : #Littérature, #Simon Liberati, #Eva Ionesco

Partager cet article

Repost 0