Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis qu'elle a pris le pouvoir sur nos oreilles, l'Impératrice n'a cessé de jouer le trouble. Sur sa musique (un cocktail tendrement agité au phrasé tendrement libertin) s'immisce une voix teintée de lascivité exquise. La nana au chant renoue avec la fièvre eightees, accompagné de riff élégamment nonchalants. Ses petites plaintes bien léchées et son goût du kistch mesuré tombaient à pic pour notre fièvre tropicale estivale. Puis au détour d'un article cet été – alors que son EP Odyssée était sorti depuis belle lurette - on a découvert que l'Impératrice en question était un garçon dans une bande de mecs avec une fille effectivement au chant. Puis quelques semaines plus tard, au détour d'un article dans le rush de septembre, on appris que la lascivité mutine de l'Impératrice pouvait prendre un charme presque supérieur - ok complètement supérieur - quand elle était chanté par un garçon.

 

L'Impératrice change de sexe et de vitesse

Vous suivez toujours ? L'Impératrice ne cherche pas à nous rendre fous, ou alors peut-être s'amuse t-elle à nous rendre fous d'elle. Ce changement de sexe s'opère en simultané avec un changement de vitesse. Pour ceux qui ont la chance de posséder le Saint-Graal (aka la platine vinyle) il vous arrive peut-être de jouer avec les vitesses. Ou plutôt d'oublier de repasser à la bonne vitesse. Cet oubli fut le cas de dizaine de personnes qui à la sortie du vinyle de L'Impératrice furent surpris d'entendre un son quasi humanoïde, planant dans un espace hypnotisant où la lenteur rendrait les corps exsangues. Plus une Impératrice aux rythmes qui auraient donné envie de dandiner mais un Empereur qui dominerait sur des corps lasses. L'explication de ce changement ? L'oubli du changement de vitesse métamorphosé en éloge de la lenteur dans un monde tout pressé. Pressé en 45 tours, Odyssée était alors écouté en 33 tours par les auditeurs en situation d'erreur. Jolie erreur pour laquelle le boss de Microqlima, la maison de disque derrière L'Impératrice, s'est emballée. Il a capturé le résultat de l'erreur et l'a baptisée Slow Odyssée. Un disque comme pour qu'on s'alanguisse dans l'espace de L'Empereur, se vautre dans ses balades apaisantes, se laisser-aller à une Odyssée qui  volerait presque la vedette à l'ancienne. Vous avez juste qu'à écouter ce ralenti sublimé et vous laisser bercer à votre tour par l'Empereur le temps de 30 minutes le tout sur des images de Baptiste Perrin.

Tag(s) : #Musique, #L'Imperatrice, #L'Empereur, #Slow Odyssée, #Microqlima

Partager cet article

Repost 0