Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous qui lisez ces pages, avouez que vous êtes comme moi. Vous en avez rêvé à de multiples reprises. Fantasmez l'acteur fétiche de Christophe Honoré, héritier du style Nouvelle Vague, fils et petit fils de et surtout double des années 2000 d'Antoine Doinel, dans le costume d'un génie de la Nouvelle Vague à trois lettres. Oui, Louis Garrel dans l'incontournable costume, lunette teintée et clope au bec, de JLG, Michel Hazanavicius pourrait bien être l'auteur de notre vœu enfin exaucé. Selon Screen Daily, le jeune acteur devrait incarner le réalisateur d'A Bout de souffle dans le prochain film du réalisateur de The Artist. Redoutable, c'est son titre, ne s'intéressera pas à la période Nouvelle Vague du plus suisse des réalisateurs français. Au contraire, il aura pour sujet la fin de cette parenthèse cinématographique enchantée, prolifique et amoureuse. Hazanavicius adaptera la période racontée par Anne Wiazemsky, deuxième épouse du cinéaste après Anna Karina (cf première période cinématographique), dans son autobiographie « Un An Après ». Le film s’intéressera ainsi à la rencontre de ces deux-là sur le tournage de Au Hasard Balthazar de Robert Bresson au mitan des années 60. Une période fructueuse pour le monde comme pour le cinéma de Godard. Il va alors devenir politique, bien qu'il l'est toujours été (cf Pierrot le Fou). Cette fois-ci, il sera rouge au cœur. Comme le monde, où capitalisme et communisme s'affrontent d'un bord à l'autre de la terre. Les héros de Godard seront alors - entre autres - deux jeunes étudiants Jean-Pierre Léaud et Anne Wiazemsky brandissant le petit livre rouge de Mao. Comme lors de sa période cinématographique en compagne de sa muse Anne Karina, Godard projetera dans ses films sa vie avec Anne Wiazemsky, qu'il tente alors en vain de sensibiliser à la chose politique en plein mai 68. Mais la jeune fille – car c'est encore ce qu'elle est à l'époque – peine à se fondre dans le mouvement. 

Bonne nouvelle : Louis Garrel en Godard

Dans le roman initial, la Anne Wiazemsky écrivaine brosse le portrait d'un égoïste, intraitable, obstiné, un insupportable et attachant petit génie. Un être tendre et cruel, une sorte de double de son Pierrot le Fou (cf la bande annonce de ce film de 1965). Caractère qui sera sûrement aisé à Louis Garrel d'interpréter tant son inconstance subtile et gracile, son humour cynique et sa sensibilité exquise, s'affichent dans nombres d'épisodes de sa belle filmographie. Loulou en Godard, rappelez-vous au micro de France Inter,où il l'imitait déjà, ça avait de la gueule.

Tag(s) : #Cinéma, #tournage, #Louis Garrel, #Jean-Luc Godard, #Nouvelle Vague, #Michel Hazanavicius

Partager cet article

Repost 0