Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans une industrie du disque où il faut jouer des coudes pour décrocher l'attention de l'auditeur, eux ont choisi de bosser en souterrain pour ne retenir que des talents inédits et des cover risquées dénichées dans les méandres d'une chanson française d'une richesse infinie. Et pour courroner le tout de livrer ces pépites à un prix totalement libre. Ces nouvelles « bandes magnétiques un peu folles », La Souterraine les a rassemblés sur une nouvelle compilation intitulée « La Souterraine retient la nuit ». Au chant : des têtes montantes de la nouvelle scène française (Pain Noir, Forever Pavot) et des inconnus prometteurs (notamment Amour Fou). Dans leur bouche : des reprises de tubes de variet célèbres ou des balades de cœurs errants, ce genre de titres typiques de la chanson hexagonale, égarés dans des sombres albums que seuls nos vieux ont en stock.

 

La Souterraine retient la nuit

Et nous jeunes, on en retient quoi de tout ça ? Que la variet française version lo-fi nous donne sacrément envie de mieux faire connaissance avec les vinyles de nos vieux. Que la langue de Molière n'a clairement pas dit son dernier mot à ceux qui la penserait – injustement – has been. Qu'il est tout à fait possible d'écouter les « Magnoliaaaaaas » une centaine de fois quand ce n'est pas Claude François qui les chante mais Guillaume Stankiewicz. Qu'un baiser n'est autre qu'une bombe - une idée qui ne nous avait pas encore effleuré l'esprit, heureusement que Superbravo est là pour nous dévoiler cette grande découverte de David Lafore. Qu'une fois traduit le « Stupid in Love » de Rihanna est mille fois plus intéressant que l'original - bien que RiRi ne se soit pas foulée en matière de paroles, Amour Fou réussit à "kateriniser" tout ça. Que Mademoiselle Jeanne Moreau chanteuse fait des envieuses chez les jeunes demoiselles (Halo Maud, Melody's Echo Chamber et Laure Briard) qui reprennent avec bonheur son hymne à l'amour libre « Errante du cœur ». Enfin, même si nous étions censés le savoir, il est toujours bon de s'entendre rappeler avec un accent délicieux que « Au Pays des Merveilles »  la chanson hommage à Juliet Berto – et plus vastement à la Nouvelle Vague – de chouchou Yves Simon est une merveille de chanson francophone post-soixante-huitarde.

Qu'on se le dise, cette nuit de la chanson hexagonale - qui ne date pas toujours d'hier - revisitée par de la chair fraîche fabrique un chouette espace hors du temps, qui donne autant envie de prendre du temps pour réécouter les originaux ou les découvrir que de défricher avec assiduité tous les secrets dont recèle encore cette coquine chanson française.

Pour en savoir plus sur La Souterraine, c'est par ici que ça se passe

Tag(s) : #Musique, #la souterraine

Partager cet article

Repost 0