Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie devrait être comme Soundcloud, s'enchaîner parfaitement, sans accro et pub intempestives, vous mettre instantanément sur la bonne piste en fonction de vos goûts. Ce, sans bouger le moindre petit doigt, ou tout juste pour monter le son. Se laisser guider, puis se laisser toucher par la grâce. Ce jour-là, la chanson s'intitulait « Grace ». Et son titre en disait long sur son impact. Elle ne m'a ni clouée sur place, ni donnée une furieuse envie de danser. Elle m'a juste transporté vers un ailleurs hypnotique. Après recherche, cet ailleurs précieux se situe à mi-chemin entre le Brooklyn des branchés électro et le Vancouver des folkleux imbibés d'alcool et de spleen. Après réflexion, tout s'expliquait donc géographiquement. Les garçons de Bob Moses avaient ce qu'il fallait pour embobiner nos oreilles et parler à nos insatisfactions chroniques.


 

Bob Moses, touché par la grâce

Insatisfait eux aussi, Tom Howie et Jimmy Vallance – les deux musiciens qui ne font qu'un - « n'étaient pas satisfaits de ne faire de la musique qu'avec des guitares ». Alors leur son est allé chercher du côté de la musique électronique sans jamais perdre sa première facture, profondément noire comme un morceau de trip hop. Avec eux deux, la dance music se dote d'une intelligence supérieure. Ne demande pas à votre cerveau de rester aux vestiaires le temps de quelques mouvements. Elle ne fait plus bouger les corps sur les dancefloor pour leur faire oublier. Elle les plonge dans un entre deux brumeux où si la danse est permise, la réflexion est exigée, immédiate, sensorielle. Elle s'éveille au contact d'une voix suave, de tambours quasi tribaux, de guitares lointaines et de beats qui vous cognent la tête pour mieux vous imprimer l'esprit de leurs tourments. En explorant la musique électronique sous cet angle rythmé par la noirceur, Bob Moses invite son auditeur à explorer son âme et ses sensibilités « What's wrong or right for me ? » peut-on entendre sur Talk, premier extrait de leur futur album dans les bacs du 18 septembre prochain. Ce chant hypnotique à la Chris Isaak, adapté pour la langueur des dancefloors comme pour les contemplations solitaires et nocturnes, est lui bon pour nous.

Tag(s) : #Musique, #électro, #Bob Moses, #Soundcloud, #Domino Records

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :