Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le beau est toujours bizarre, non ? La sentence baudelairienne s'applique aux premières images de Lost River, long métrage de Ryan Gosling, passé derrière la caméra pour la première fois. Projeté en avant-première à Cannes en mai dernier, le film attendu dans l'Hexagone pour le printemps prochain a enfin sa bande-annonce. Les néons s'allument, le rose abuse, les voitures rutilent, le feu s'allume, le tout sur une musique inquiétante à la sauce Drive, Ryan version réalisateur nous emmène sur des sentiers a priori bien connus. Crise mystique à la Terrence Malick, esthétique à la Nicolas Winding Refn et ambiance hypnotique à la Lynch. Des échos cinéphiles trop appuyés ayant déplu à la critique américaine sur la Croisette. Peut-être que les critiques cinéma devraient interroger les critiques musique avant de faire leur boulot. Ils apprendraient que cette esthétique cauchemardesque était déjà celle du projet musical du touche-à-tout Ryan Gosling avec son excellent groupe les Dead Man's Bones... et que cela remonte à 2009, bien avant les succès, les blousons sexy et le camboui sur les mains. Et oui, avant d'être un sex-symbol blondinet ma foi fort charmant, Gosling a toujours été attaché à une esthétique dark où la beauté bizarre prend justement tout son sens. Lost River n'est qu'une pièce du puzzle en plus. Un songe éveillé où un garçon voyage, semble t-il sur un Styx moderne, s'aventurant à la recherche d'une cité engloutie qui sauvera peut-être sa famille d'un monde sombre et macabre...Noir c'est noir chez Gosling, point barre.

Lost River : le côté dark de Ryan Gosling
Tag(s) : #Cinéma, #bande annonce, #Ryan Gosling, #Lost River, #Dead Man's Bones, #Cannes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :