Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sage. Drôle de nom pour un drôle d'oiseau prénommé en réalité Ambroise Willaume.  Peut-être que ce nom, ce visage sur la pochette, ne vous est pas inconnu au bataillon de la chanson française. Car Ambroise a fait ses gammes dans un groupe de pop française qui fit fureur, il y a quelques années : Revolver (oui, comme l'album des gars de Liverpool). Nos garçons dans le vent à nous, à la pop british, avaient su séduire les cœurs en anglais, quand les camarades BB Brunes jouaient, eux, la carte de la langue de Molière et du rock. En cet automne, comme le camarade Adrien Gallo, Ambroise Willaume tente l'aventure en solo. Une aventure baptisée Sage (diminutif de Sagittaire son signe astrologique).

La pop de Sage : un doux présage

La pochette de son premier EP est sage comme une image. Sur fond rose pâle, le jeune artiste est fracturé en deux. Visible, côté face et côté dos. L'image brisée colle à l'atmosphère double, l'EP à deux faces, deux voix, deux ambiances d'où jaillira pourtant l’implacable harmonie... Ces balades au duo piano-voix a priori sages – qui ont gardé la grâce de la patine Revolver - peuvent à tout moment vriller vers une pop exigeante et entêtante . Un entre deux bien pesé... et joliment emballé. « In Between », titre éponyme de ce premier EP, annonce le coup de cœur immédiat. Les chansons qui collent au cœur. Le piano entêtant, la voix tantôt lumineuse, tantôt sombre incarnent la marque fabrique de ce EP toujours sur le fil. Se cherchant entre ombre et lumière, menant une quête qui touche la justesse indicible. Sur « Last Call Couples », la voix d'Ambroise se teste sous tous les angles, les couches sonores se superposent et le titre en devient presque dansant, rassurant. Sur « Summer Rain », les nuages se frôlent du bout des doigts. Le piano omniprésent devient une seconde voix aussi importante, puissante que la première. Les échos et les distorsions dans la voix de l'artiste, l'expérience confuse de l'ensemble avant le refrain fonctionne à merveille. « The River » vient boucler cette courte et excitante aventure  le piano devient clavier et la mélancolie des autres titres est  poussée vers la sortie par la présence lancinante de la batterie et des voix démultipliées. Le « We » gagne du terrain et s'empare du texte. Peut-être ne devrions nous pas comparer... et pourtant : cette aventure ambivalente, double, se construit comme un White Album où il y aurait de la place pour toutes les humeurs. Une révolution en solitaire sur des balades mélancoliques y cohabite avec sagesse avec une révolution en coeur. Together. Avec Sage, l'éclaircie guette à tout moment. Et pour l'instant, elle est prévue courant 2015 avec un premier album...

Tag(s) : #Musique, #Sage, #Revolver, #pop, #EP, #in between

Partager cet article

Repost 0