Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ». Sur une platine vintage, dans la salle du théâtre du Petit Saint Martin, un public écoute dans un silence de cathédrale la voix du grand Charles, nostalgique de sa bohème. La fille qui a placé du Charles sur la platine avec délicatesse n'a pas connu la bohème de cette époque, les fifties et les sixties. Elle est née en 1977. Pas de bol. L'après trente glorieuse. La fin du rêve hexagonal. La France écoute alors Carlos et des conneries dans le genre. A sa tête elle n'a plus la carrure du Général, la sérénité de Pompidou ou la future verve de Mitterrand. Non, en cette année 1977, c'est un descendant du roi Louis XV et de Catherine Éléonore Bénard, l’une des maîtresses royales, qui trône : Valéry Giscard d'Estaing. La fille qui nous plante ce décor politique et socio-culturel de l'Hexagone en 1977 s'appelle Camille. Camille Chamoux. Elle, elle descend de Françoise et Jean-Pierre, militants UDF. Elle est née sous Giscard avec des parents qui votent naturellement à droite et sa grande question dans la vie c'est : comment devenir artiste quand on a des bases molles ?

Ce que les années Giscard ont fait de mieux : Camille Chamoux ?

D'entrée, on se sent bien avec cette fille. Elle est là sirotant son thé, chantonnant ses disques d'antan quand le public s'installe dans la salle. Elle chambre les retardataires, les prénoms d'antan, observe l'âge moyen de la salle. Aux pieds de sa table en Formica, il y a des vynils de Renaud, Aznavour, Anne Sylvestre qui traînent. Le décor est celui d'une chambre d'enfant comme chacun d'entre nous en a connu. Où chacun chantait ses chansons préférées, écrivait son journal intime et se racontait des histoires. D'ailleurs, le vrai truc de Camille c'est se raconter une histoire comme quoi « c'était mieux avant ». Et on aime l'entendre le faire. Nous dire que si Aznavour avait chanté "La Bohème" a notre époque, ça aurait donné « l'intermittence » et ça aurait été nettement moins glam. Nous conter les monologues de son grand-père adoré et pro-colonialiste sur cette fausse racaille de Renaud Séchan, le fils des voisins de palier. Nous parler de la foi de ses parents envers le « madelinnisme » (pour faire vite : un sdf peut devenir millionnaire s'il se sort les doigts du cul). Nous raconter ce jour où, à l'école, la maîtresse a appris aux enfants et à Camille ce chant sanglant qu'est la Marseillaise. Cette trentenaire à l'allure d'ado, s'imitant tour à tour enfant, ado, étudiante, enchaînant les mimiques de sa copine dépressive, de son copain sociologue, de sa maîtresse au bout du rouleau et des nostalgiques du Palace a 1 001 histoires en elle, 1 001 personnages en elle. Des personnages des décennies passés et d'actualité. Des réac d'hier et d'aujourd'hui, des allumés des années 80 aux hypocrites des années 2000. La petite Camille prouve qu'elle est grande avec son sens de l'observation qui sert à la perfection ce spectacle d'une finesse extrême. Car Camille n'est pas la trentenaire que les magazines féminins nous font gober à longueur de sujets psychos et décérébrés surtout. A l'inverse de ses copines de stand-up actuelles, elle a le bon goût ou plutôt le bon sens de ne pas faire le show sur le dos de son célibat, de ses « connards » de mecs et de ses copines enceintes et proches du burn-out. Non si Camille Chamoux croque vaguement ces derniers, elle ne fait pas son show sur ces petites looses de sa génération X. Non, elle a pris d'autres ficelles pour réussir dans le métier, elle a le chic de ne pas tirer dessus.

La politique, la culture, l'évolution de la société, la difficulté des rapports humains s'entremêlent pour former un tout agréable à l'écoute et assez intelligent pour être enregistré, pour être disserté après coup. Ainsi, une jeune fille née dix ans après elle a envie de rire – d'ailleurs elle a ri – à gorge déployée devant ses pertinentes et amusantes analyses de cette société qui sans cesse regrette. En gros, oui, j'ai ri de moi-même et de ma fâcheuse tendance à tout « nostalgiser » (j'aime bien aussi inventer des verbes comme si j'avais 5 ans et demi). Cette fille brillante qui s'est agitée pendant plus d'une heure trente sur scène a eu l'extrême bon goût de ne pas conforter sa génération dans ce regret permanent de l'autrefois, du jadis qu'on a pas eu la chance de connaître. Notamment dans un final aussi sincère et mignon qu'elle. Mais là où l'artiste réussit à échapper à ses fameuses « bases molles » c'est dans son extrême lucidité, elle qui a pourtant tendance à divaguer et observer. Au cours du spectacle, Camille fredonne les chansons de son enfance tout en nous racontant que être adulte c'est être un enfant qui a capitulé. Phrase d'une simplicité extrême qui pourtant nous trottera dans la tête longtemps après l'avoir entendue. Elle fredonne ces chansons puis arrive celle de Renaud. Le fils Séchan, le petit bourgeois qui se la joue révolutionnaire d'après son grand-père. Ce n'est plus un petit gavroche perdu dans la désillusion des années 70 qui la chante mais une jeune fille de trente ans qui a perdu pas mal d'illusions sur l'Hexagone qui la revisite. La scène s'assombrit, Camille s'avance comme une petite fille, les mains derrière le dos comme une écolière qui réciterait sa poésie à la classe, et elle entonne son "Hexagone" à elle. Je ne pourrais pas retranscrire tout ce qui est dit dans cette version. Je sais juste que c'est une putain de chanson qui m'a donné envie de pleurer face à tout ce qu'on a perdu, tout ce qu'on risque et tout ce qu'on espère encore pour ce pays. Quand on quitte cette fille née sous Giscard, frappée par la malédiction des bases molles et de la génération X, on a envie d'être forte. De connaître sur le bout des doigts la beauté des décennies passées pour être mieux capable d'affronter celles à venir. Et de dire "Chapeau l'artiste".

 

>> Camille Chamoux, Née sous Giscard au Théâtre du Petit Saint-Martin, en savoir plus

La chanson à réécouter en boucle après un spectacle de Camille Chamoux

Tag(s) : #Camille Chamoux, #Née sous Giscard, #Spectacle, #théâtre, #paris, #Petit Saint Martin

Partager cet article

Repost 0