Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les filles c'est bien connu c'est gnangan. C'est pas bien méchant. C'est des spécialistes des bons sentiments et ça s'enflamme pour des chansons bon enfant. Les filles ça s'insurge aussi dès fois. Contre la mauvaise foi et la mémoire courte. Deux défauts qui n'ont pas épargné une des critiques de Next, injuste à l'égard d'une branche de la pop française jugée trop optimiste... ce qui me décide enfin à écrire sur ce qui est sur ma to do list depuis des semaines : l'EP de Cléa Vincent.

 

Après plusieurs tentatives, la jeune artiste sort enfin son premier EP, chez les chanceux de Midnight Special Records. Vaccinée dès sa plus tendre enfance au jazz et à la chanson française, Cléa Vincent ne pouvait échapper à son destin sur les planches. Depuis plusieurs années, elle écume les scènes parisiennes, en solo ou accompagnée (Cléa et les coquillages) passe par la case formatrice du Chantier des Francos (Francofolies de la Rochelle). C'est d'ailleurs là-bas que la demoiselle avait su capter l'impossible : mon oreille hermétique aux chansons guillerettes. Ce truc léger plus trop en vogue dans une époque où le spleen est la règle d'or de la chanson réussie pour les pessimistes.

On dit oui à Cléa !

Alors pourquoi s'autorise t-on une infidélité avec le cas Cléa Vincent ? Pour cette façon bien à elle de happer les cœurs avec des compositions mutines et rafraîchissantes pour mieux te couler en douceur (le touché touchant Happé, coulé). Le grand méchant loup, qu'elle a chanté par le passé et qu'elle revisite cette fois-ci sur un air improbable perdu entre électro et bossa nova, ne pourrait être autre qu'elle. Elle nous a. Nous attrape au détour de quelques écoutes. Incruste son chant enfantin, ses airs faussement légers dans nos habitudes. Devient notre meilleure complice pour se balader dans Paris en pleine matinée ensoleillée. Son Retiens mon désir  nous retient en une piste, nous rappelle émotions et déceptions sans dérision aucune sur la situation vue et revue.

 

Comme ses complices de la compilation French Kiss de Colette, sortie le 14 février dernier, la donzelle appartient à cette vague légère de l'électro pop française flirtant en douceur avec la chanson française dans la veine eightees. Une légèreté assumée dans des textes fins et une voix enfantine chez Cléa Vincent. C'est là où une rectification s'impose vis-à-vis de la critique de Next. Extrait : « La nouvelle electro pop de la chanson française a plutôt le goût d’une vaguelette qu’on regarderait s’échouer à la pointe des pieds ». Next a toujours le sens de la formule, de la mémoire un peu moins... Reprochant tour à tour la légèreté des compositions, la niaiserie des paroles, la critique néglige le fait que par le passé la légèreté et la rime facile furent la base même de la pop music. Outre-Atlantique,ils furent la marque de fabrique de quelques dieux du rock (aucunement besoin de traduire le Love Me Do des Beatles, tout le monde aura compris la légereté des quatre garçons dans le vent). Dans l'Hexagone, ils formatèrent l'élégance d'une charmante poupée de son nommée France Gall, sculptée par un certain Serge Gainsbourg, et  mine de rien, cinquante ans plus tard son Baby Pop s'écoute encore chez les jeunes filles attachées à la réalité. La légèreté et la rime facile ne sont pas moins honorables que le spleen généralisé. Au contraire, les chansons faussement légères de Cléa Vincent ont plus de valeurs dans une époque désenchantée. Avec ses petits malheurs et ses faux-pas, son meilleur acolyte (son piano) elle enchante une génération bancale. Pour quelques mois, quelques années ou décennies, peu importe. Parfois en chanson, il faut savoir profiter de l'instant présent. Abandonner l'idée du chef-d’œuvre parfait pour voler du temps au temps, faire du beau dans l'imparfait chantonner. Profiter pleinement d'une ritournelle entêtante et vivifiante.

 

Non mais oui de Cléa Vincent (Midnight Special Records)

Retiens mon désir de Cléa Vincent

Tag(s) : #Musique, #Cléa Vincent, #chanson française

Partager cet article

Repost 0