Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revoilà nos favoris. Revoilà Fránçois et ses boys. Fránçois et ses Atlas Moutains. Les rêveries d'abord solitaires de François Marry, le leader, se sont fondus dans les rêveries de ces jeunes garçons qui promènent leurs rêveries en chansons, en tentatives de sons nouveaux depuis quatre albums maintenant. Cette bande -  formée par Petit Fantôme, Babe, Archipel et Jaune - bricole leur passion chacun de leur côté puis de temps en temps ensemble. Depuis l'album E Vole Love, cela donne des vérités enchantées et des recherches rythmiques quasi chimiques. Musique saine pour le corps et l'esprit, la fabrique sonore de Fránçois & The Atlas Moutains détonne de nouveau dans nos oreilles avec Piano Ombre.

 

A peine entré dans le territoire fécond de Fránçois & The Atlas Moutains, la solution nous est donnés. « Heureusement qu'il y a la musique magique, l'amour a déçu ». La phrase colle à la situation. À l'atmosphère. La phrase vient de la maman du leader quand elle le découvre un jour collé au piano de la maison. « C’est bien tu as trouvé la musique. Ainsi tu ne seras jamais seul. Même lorsque tu auras du chagrin, tu auras toujours la musique pour te tenir compagnie ». Sa musique nous tient compagnie, nous accompagne souvent, nous réchauffe toujours. Pourtant, , dès la première piste il annonce que « son bois ne brûle plus si bien ». Heureusement le feu prend pour nous, les rythmes africains s'emballent en douceur, le feu se propage et le voile tombe laissant entrevoir les paysages éclectiques de ce nouvel album. Car la musique de ces garçons ressemble à des paysages. Ceux qu'on aime voir défiler à la fenêtre de la voiture enfant. Ceux qui font notre vie et qu'on se repasse à chaque virage manqué. Des paysages jamais très loin de l'eau, de la mer, élément cher au charentais François Marry. Des paysages de toutes les saisons, des chansons de printemps pour profiter (The Way to the forest), d'été pour draguer (Summer of a heart), d'hiver pour spleener (La Fille aux cheveux de soie). Des paysages clairs ou obscurs. Des paysages en français ou en anglais qui n'ont pas peur de franchir les frontières, de partir à la quête d'une pop élastique et fantastique.

 

Fránçois & The Atlas Moutains par Mathieu Demy

Fránçois & The Atlas Moutains par Mathieu Demy

« Que connaîtrons de tout ce dont nous rêvions », telle est la question qui charpente cette construction sonore où coule des sentiments toujours en mouvement. Aussi à l'aise sur un air électro (Réveil Inconnu) que sur des simples notes de piano (l'étourdissant Piano Ombre), ce disque ne se fixe jamais. Se questionne, questionne son rapport aux autres, aux « ombres qui ronge le monde ». Fránçois & The Atlas Moutains ronge les têtes avec sa poésie dansante, ses sonorités volées aux cultures africaine, anglaise, française, son refus de stopper les songes qui l'agitent depuis sa création. L'imagination est toujours aux pouvoirs de ces têtes-là, décidément aussi brillantes ensemble que séparées. Des têtes capables de regarder hier et demain avec la même soif d'envie. Capable de faire durer la vie avec des chansons où l'on entrevoit la lumière. « Et à mesure qu'on passe au travers des années on ne se cherche plus, on se met de côté, on ne se regarde plus,  plus vraiment comme c'était quand on s'était rencontré » chante la voix belle et bizarre de François. Heureusement, avec lui, avec eux, cela ne se passe pas de la sorte. On les regarde comme au premier jour. Avec émerveillement. Avec envie de prendre un aller sans retour pour leur pays merveilleux.

Tag(s) : #Musique, #François and The Atlas Moutains, #François Marry, #Petit Fantôme, #chanson française

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :