Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« On attendra l'hiver pour se dire qu'on se manque ». Deux hivers plus tard, je réalise combien il m'avait manqué. Combien il m'avait baladée sur sa Baie des Anges et ses Bords de mer. Les bords de mer étant devenus depuis insupportables et déprimants sans sa tronche. Viborg, Paris, Seychelles, Cherbourg, Séville, Angoulême, sont ses nouvelles destinations pour nous remémorer nos amours passés. Prometteuses, chagrines, exotiques, mélancoliques, elles défilent sur LØVE et les amours s'effilent. Travelling arrière et chanté sur les ivresses romantiques et saignements de cœur du trentenaire Julien Doré, pièce manquante et marquante de la chanson française et de sa variété faignante.

 

La douce prose douloureuse

 

Depuis sa sortie, en 2007, d'un télé-crochet – qui n'a depuis guère fait mieux – Julien Doré ne feigne pas. Trois albums : Ersatz, Bichon, LØVE. Trois coups de foudre. Trois ovnis teintés de ce qui fait toute la différence. Triptyque gagnant et respecté : la mélancolie exacerbée, la dérision ingénieuse et la sincérité artistique. Cocktail détonant et ivresse confortable, la prose de Julien Doré valse avec la folie douce d'un Philippe Katerine et la grâce langoureuse d'un Benjamin Biolay. Croisement improbable façonnant un garçon à part, dandy populaire, capable d'inclure dans un disque sur la rupture amoureuse un hymne à l'amour à un certain Michel Platini. Platini, chanson improbable écoutée en boucle depuis sa découverte. « Michel ma belle, mon oiseau de nuit, Platini, ton pied de porcelaine est gravée à vie » déclare un Julien Doré à la voix enflammée. Injecter de la poésie au quotidien, de la grâce au disgracieux, oser l'improbable, l'artiste en a fait une règle de conduite. Une mission réussie avec sincérité.

 

Couler avec consentement

 

LØVE s'impose à nous comme un cru supérieur à toutes les analyses passées – ayant déjà une place de choix dans nos cœurs. Sombres et lumineux, ces 14 titres analysent la mémoire amoureuse. Consentante à explorer aussi bien ses ardeurs primitives que son côté des plus obscurs. Et côté ardeurs, il y a de quoi faire. Habemus Papaye donne chaud en plein hiver. La basse de L'Hôtel Thérèse réveille le cœur mort de l'exquis amoureux. Et le ukulele consolateur de Heaven vous envoie direct au paradis. Noyé dans un flux de promesses, caresses et souffrances langoureuses, on peine à sortir la tête de l'eau. Mais là dessous, sous l'eau et les larmes d'un songwritter brillant, c'est un paysage tellement beau, hors norme, fantasmé qu'on ne peut se débattre. Couler avec consentement. Là dessous, il y a des ruines de sentiments comme il en existe en chacun, certes, mais celles de l'artiste ont ceci de supérieur à la réalité : une inspiration inouïe pour se souvenir. Car de Paris aux Seychelles, de l'Hôtel Thérèse à Viborg, Julien Doré se souvient en chantant des « moi, je paierai pour te revoir » (Viborg). Et qu'il est bon de le revoir lui, sa furie verbale, ses chansons dont on s'amourache en trois secondes à peine.

 

Plus fidèle que n'importe quelle amourette, cet album s'enflamme sous nous retrouvailles... et pour une durée indéterminée comme Ersatz et Bichon. Si les cœurs aimés s'échappent de la vie du jeune homme, il en gagne des milliers d'autres avec ses chansons esquintantes et sophistiquées. LØVE traite de la pénibilité de savoir qu'on existe sans s'aimer. Alors soyons misérables et n'ayons peur de rien. Surtout pas de disséquer l'indisséquable : la fièvre romantique. Montée en puissance dans un dernier quart d'heure en crescendo passionné. Doré rugueux rouvre la tombe de son amour sur le superbe On Attendra l'Hiver. Doré primitif prend l'exil sur l'électronique et inquiétant Corbeau Blanc. Doré fait offrande de sa douleur sur un Porc Grillé, aussi subtilement parlé-chanté-habité que – le pensais-je - l'inégalable Baie des Anges. Avec cet album au confins du sublime, Julien Doré paye sa dette à l'amour. Rend la monnaie de sa pièce à cette saloperie, source des plus belles chansons.

La fièvre romantique et merveilleusement incurable de Julien Doré

On attendra l'hiver - Julien Doré

Tag(s) : #Musique, #chanson française, #julien doré, #LØVE

Partager cet article

Repost 0