Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Survivor des sixties et des Beatles – ah non c'est vrai Ringo est encore de la partie sauf que comme dirait Joseph Gordon-Levitt dans 500 days of Summer « Nobody loves Ringo » - Paul McCartney, 71 ans au compteur, continue de tracer sa route en solo avec un 16 ème album baptisé New. Si le Sir McCartney nouveau s'est entouré de producteurs au top - Mark Ronson si tu nous entends - il n'a pas lésiné sur le casting pour le tournage de son clip « Queenie Eye ». Enregistrée dans les mythiques studios d'Abbey Road, là où des décennies plus tôt la légende Beatles s'était éteinte, ce titre convoque quelques unes des têtes les plus en vue de l'Angleterre et des États-Unis. Coup de génie, trip d'ami, coup marketing, McCartney attire l’œil... et finit par gagner l'oreille. Ce clip sorte de « Listen me i'm famous » voit défiler Johnny Depp, Kate Moss, Jude Law, Meryl Streep... Jolies gueules dont on ne se lasse pas malgré les années et les rides sur les mythes. Le risque d'une telle entourloupe que la carte « attention star » brandit par Paul McCartney détourne notre attention de sa véritable cible : la musique. Assis à son piano, le songwritter voit défilé ses amis et nous nos stars. La musique ne nous branche guère puis très vite le charme opère, et peu importe l'apparition des Jude ou Johnny. Le Paul nouveau est un jeu d'enfant. Au départ, on a oublié les règles. Et puis très vite, ça revient en mémoire, ça rend guilleret. Doux, enjoué, confortable, un Beatles dans l'air du temps n'ayant rien perdu de ses origines. L'invention de la pop music.

 

Tag(s) : #Paul McCartney, #Musique, #Beatles, #Joseph Gordon-Levitt, #Johnny Depp, #Jude Law, #Kate Moss, #Clip

Partager cet article

Repost 0