Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cinéphile, on est souvent là. Confortablement assis dans son fauteuil rouge. On analyse l'écran, l'histoire, les acteurs... et on repart des souvenirs plein la tête. Rarement on se pose la question de l'envers du décor. Pas l'écran, l'histoire, les acteurs, mais la genèse d'un projet jusqu'à son aboutissement là sous nos yeux, sur le grand écran. Quelles sont les étapes ou plutôt les embûches croisées pour réaliser et produire son premier film ? Par curiosité, j'ai rencontré Céleste Rogosin, une jeune réalisatrice sur le point de réaliser son premier film. Un huit-clos hautement féminin.

Le rendez-vous est fixé à 10h30 à Belleville. Céleste rapplique avec quelques minutes de retard. Un grand sourire suffit à l’excuser. Il faut dire que la jeune fille n’a pas une minute à elle. Dans à peine un mois, elle tournera son premier court-métrage, Derrière toi, co-écrit et réalisé avec son acolyte de théâtre Valentine Caille. Dit comme ça, on s’imagine de simples histoires d’écriture de scénario, de relecture peut-être, puis de casting et de gestion de quelques questions d’argent. Mais dit dans le langage d’un acteur du monde du Septième art – Céleste est une enfant de la balle - on comprend très vite que l’affaire est tout autre. Produire son premier film, qui plus est dans la capitale, n’est pas de tout repos. Même pour la petite-fille de célèbre cinéaste américain Lionel Rogosin.

Un casse-tête administratif

Céleste nous retrace son parcours modèle. Une option cinéma audiovisuel au lycée, un an d’hypokhâgne, de Lettres Modernes, un passage au Cours Florent et  au Laboratoire de Formation au Théâtre Physique. Le genre de fille passionnée et passionnante qui impressionne quand on est hors du métier. Le genre de fille qui peut gérer son projet de court-métrage seule et contre tous. « Débuter dans cette ville, c’est un peu le parcours du combattant » admet-elle. Et pour cause, une fois son scénario définitivement bouclé, validé et adoubé par l'entourage cinéphile, à la veille de l'été, Céleste et son acolyte ont du entamer la partie la moins créative du projet - qu'elle juge cependant tout aussi intéressante : la production. Passage obligé quand « on veut faire un film de pro, avec une vraie équipe, du vrai matos, un film dans les règles de l'art ». Au départ, Céleste pensait avoir recours au soutien – administratif et financier – d'une boite de production. Car seule la boîte de production est à même de déposer « lesprécieux dossiers » auprès de tous les détendeurs des autorisations et financements : la Ville de Paris et la région Ile-de-France. Deux mondes kafkaïens où il faut déposer foule de dossiers pour obtenir une aide financière. Car la capitale est très courtisée par les cinéastes du monde entier. Et elle préfère donner les autorisations aux habitués qu'aux débutants. A la Maison du Court-Métrage, repère de tout cinéaste débutant, on a bien expliqué à la jeune cinéaste bien qu'elle n'avait « besoin de rien pour réaliser un film », « qu'il y avait 10 000 manières de faire ». La sienne sera placée sous le signe de la solidarité et du feeling avec de belles personnes, passionnées comme elle. La paperasse sera pour elle et son association montée pour l'occasion, Célestine Production avec Valentine Caille et Tessa de Baudinière.

Un projet sans compromis

A un mois du tournage, la préparation du film ressemble à une longue liste sur laquelle on viendrait barrer ce qui est bouclé au fur et à mesure que la date fatidique approche – autrement dit le premier jour de tournage prévu  fin novembre.

  • lieux de tournage : il a été décidé de tourner à Paris avec les moyens du bord. Niveaux lieux : le strict minimum. Un appartement à Belleville « à tomber par terre » gracieusement prêté par l'ami d'une amie. Un bar à Ledru-Rollin tenu par une connaissance. Reste plus qu'à gérer les prises de vue en extérieure.

  • Financement : en priorité grâce au Kiss Kiss Bank. Banque virtuelle où chaque jour des projets divers affluent pour obtenir quelques euros des internautes. A un mois du tournage, la cagnotte de Derrière toi s'élève à 4670 €. Le coût du film est estimé à 12 000 euros. C'est Melodie Saba la chargée de production qui va devoir dégoter les quelques euros manquants en recherchant partenariats, mécénats... et peut-être un concert pour récupérer quelques fonds en plus !

  • Casting : un chef op au top selon Céleste (Alfredo Altamirano), des acteurs tout aussi talentueux pour les premiers rôles (Marie-Caroline Le Garrec, Valentine Caille, Matthieu Dessertine). Il ne manque plus qu'une mère à recruter... et Céleste a des grands noms d'actrices en tête... affaire à suivre !

  • Bande-originale : une bande de garçons parisiens, The Reckoners, qui monte qui monte ! Un son, une ambiance lancinante, dont on ne peut se défaire une fois écouté !

  • Et puis tout le reste, le matériel à négocier, les assurances à prévenir, les aides à tenter une dernière fois, viendra ensuite la post-production, le montage, la distribution. Toutes ces étapes insoupçonnables qui font qu'un film, court et premier qui plus est, ne se fait pas aussi rapidement que le néophyte l'imagine.

Et après ?

Après il faudra faire face, à un tout autre type d'étapes, la post-production, la promotion, on l'espère dans des festivals de court-métrages très courus. Et puis les critiques, tôt ou tard qui débarqueront. Elles ont déjà fait effet sur cette boulimique de travail bien fait que semble être Céleste. Une comparaison avec le scénario d'un certain Abdellatif Kechiche et son histoire d'amour entre deux filles a déclenché quelques inquiétudes chez la jeune cinéaste,  mais après réflexion le relativisme l'emporte. Derrière toi ne sera pas l'histoire d'un éveil sexuel lesbien comme La Vie d'Adèle, rien à voir. C'est l'histoire d'une perte de contrôle, une recherche d'identité à travers l'autre. Il sera ce que le spectateur veut en voir. Céleste le sait, après la post-prod dont la fin est prévue pour fin mars 2014, son film ne lui appartiendra plus. Il appartiendra à l'interprétation que chacun voudra bien en faire. C'est aussi ça le cinéma...

 

Plus que 9 jours pour participer un peu beaucoup au chouette projet de Célestine Production et de ces trois meneuses passionnées sur Kiss Kiss Bank Bank http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/derriere-toi--2?ref=similar

Célestine Production, l'association http://celestine-production.com/index.php/fr/

Découvrir The Reckoners, bande-originale de Derrière-toi https://soundcloud.com/thereckonersparis

Céleste Rogosin, Valentine Caille et Tessa de Baudinière

Céleste Rogosin, Valentine Caille et Tessa de Baudinière

Découvrir le projet

Tag(s) : #Cinéma, #Céleste Rogosin, #Célestine Production, #Derrière Toi, #The Reckoners, #Valentine Caille, #Kiss Kiss Bank Bank

Partager cet article

Repost 0